Ecrire un avis

L’empreinte de la Guerre de Vendée: actes du colloque tenu à l’Historial de la Vendée des 24 et 25 octobre 2013

L’empreinte de la Guerre de Vendée: actes du colloque tenu à l’Historial de la Vendée des 24 et 25 octobre 2013
CVRH 376 pages
1 critique de lecteur

Avis de Benjamin : "Vendéen ventre à choux"

Cet ouvrage a pour but d’évoquer la mémoire portée par les Guerres de Vendée. Rappelons qu’en matière de Guerres de Vendée, il s’agit des formes que prit le soulèvement contre-révolutionnaire entre 1792 et 1815 au sud de la Loire soit dans les parties méridionales de la Loire-Inférieure de l’époque et du Maine-et-Loire et les parties septentrionales des départements de la Vendée et des Deux-Sèvres. Ce qui se passe au nord de la Loire relève de la chouannerie.

Dans cet ouvrage il s’agit de mettre en valeur la mémoire des vaincus or il serait bon de se rappeler que tous les habitants de cet espace ne se rallièrent pas au mouvement contre-révolutionnaire. Si Ernest Pérochon, ici voit ses ouvrages de fiction cités sur le sujet c’est pour y relever les explications fort pertinentes qu’il donne sur les raisons de la révolte et pas pour pointer en quoi sa mémoire issue d’une famille protestante peut être originale. Marie Montraudoigt de Gabriel Nigond, paru en 1928 et récemment réédité par Marivole, n'est pas évoqué ; il permet une bonne approche des souffrances dues à cette insurrection et à sa répression.

Même reproche de vision d'un seul côté à faire à l’article sur les BD, il aurait été bon d’aller voir comment est dessinée la Guerre de Vendée dans des ouvrages farouchement hostiles  au mouvement antirévolutionnaire comme Rossignol un citoyen de la Révolution paru chez Messidor en 1989 (éditeur lié au PCF) ou Citoyen liberté édité la même année chez Casterman. Dans cet article, qui en fait consiste pour l’essentiel à donner des informations sur les auteurs d’une douzaine d’albums et d'une série (Dampierre de Swolfs), on est surpris de voir l’intéressante production Le fantôme de l’églantine présenté comme sortie en album en 1977 alors qu’un de ses auteurs (Le Rallic) est déjà mort et que le style graphique de cette BD renvoie aux années cinquante. Il est regrettable de n’indiquer seulement que cette histoire était déjà parue dans Coq Hardi, sans préciser que ce fut entre 1951 et 1952. Par ailleurs l’auteur de cet article fait l’impasse, à une exception près, sur les histoires parues dans des périodiques (Pilote, Spirou et Tintin), des récits trouvés dans un album présentant plusieurs histoires indépendantes et des titres qui racontent l’histoire d’une ville de région (comme Bressuire ou Niort par exemple), sans compter quelques petites merveilles comme la BD Joseph Barra paru dans un ouvrage coédité par la Société des études robespierristes et la ville de Palaiseau ou Le Prince de la nuit de Swolfs (celui de la série Dampierre).   

Les autres articles portent fort heureusement un niveau de recherche, et souvent de réflexion, plus élevé. Jean-Pierre Bertrand dans un texte et Michel Colleu proposent un certain nombre de chansons, elles sont reprises pour certaines avec d’autres dans un CD commercialisé avec cet ouvrage. Michel Pénisson donne d'autre part un texte intitulé Quelle place pour les chants de l’époque révolutionnaire dans le répertoire traditionnel de l’île de Noirmoutier.

Pierre Rézaud s’attache à présenter les Mémoires de Madame de Sapinaud dont l’auteure suivit pendant un an et demi les troupes vendéennes. Élodie Cabot évoque les fouilles archéologiques réalisée au Mans en lien avec la bataille en ce lieu des 12 et 13 décembre 1793.

Suit un article autour de la place et le contenu que tiennent les articles sur les Guerres de Vendée dans le périodique historique et littéraire la Revue du Bas-Poitou. Le même sujet est traité à travers La Semaine catholique de Luçon. Thérèse Rouchette nous parle de la vie au-delà de 1800 de certains chefs de la rébellion et de leurs descendants, elle pense que la fidélité à la Vendée militaire s’est construite sans apport significatif de la légende. Eva s’interroge sur le fossé entre tradition orale et histoire au sujet de la présence des soldats républicains en 1793 et 1794.

Le conservateur des musées de Vendée réfléchit sur la place des Guerres de Vendée dans l’art au XIXe siècle, ce qui permet d’évoquer en particulier les portraits des généraux vendéens aujourd’hui présents au Musée de Cholet et différentes œuvres mettant avantageusement en scène Bara. La peinture de François Flameng Le Massacre de Machecoul, réalisé en 1884 met en exergue les massacres dus aux blancs n’est pas évoqué ici pas plus que dans l’article de Stéphanie Augier qui traite des objets en rapport avec les Guerres de Vendée présents dans les musées de l’Ouest. On retiendra que les collections d’objets authentiques appartient au Musée Dobrée de Nantes (et d’ailleurs ne sont plus exposés depuis 1998) ; le Musée de Cholet et le Conservatoire des Musées de Vendée possèdent eux aussi des collections conséquentes.

L’ancien parlementaire Dominique Souchet décrit le Mémorial des Lucs-sur-Boulogne et explique les idées de base retenues pour porter une création. Jean Tulard évoque les films tournés jusqu’au milieu du siècle autour des Guerres de Vendée, n’est donc pas évoqué le long métrage "Le général et le roi" tourné en 2013 et diffusé en janvier 2014 sur FR3, avec à la réalisation Nina Companeez (issue d’une famille juive russe ayant fui le communisme puis le fascisme). Claude Mercier évoque les pièces de théâtre en rapport avec la Vendée militaire qui ont été mises en scène localement ou non à divers époques (dont celle de la Révolution). Yves-Marie Bercé livre une conclusion où il s’interroge sur la qualification de génocide et sur les raisons d'entretenir la mémoire du drame vendéen.

Pour connaisseurs Peu d'illustrations

Benjamin

Note globale :

Par - 307 avis déposés - lecteur régulier

307 critiques
09/08/16
Mardi 16 août 2016 – Les Lucs-sur-Boulogne (85) – La Guerre de Vendée sous le regard des peintres, visite commentée à l'Historial de la Vendée. Rendez-vous à 11h30 devant l'entrée de la galerie Guerre de Vendée. Durée 45 mm, tarif d'entrée du musée
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :