Ecrire un avis

1914-1918 hors d’Europe

1914-1918 hors d’Europe
Monde (s) histoire espaces relations, n°9208 pages
1 critique de lecteur

Avis de Octave : "Une mobilisation aux antipodes"

Dans son introduction, Robert Franck rappelle l’importance des contingents coloniaux mobilisés la plupart en Europe mais aussi sur place (en Afrique de l’est le général allemand von Lettow-Forbeck tient face aux forces anglo-belges grâce à ses soldats indigènes) et les diverses raisons qui amènent une montée des mouvements nationalistes en réaction par rapport à ce conflit.

Geoff Kealan s’attache à montrer les divergences existantes entre une historiographie canadienne francophone et une  historiographie canadienne anglophone au sujet de la Première Guerre mondiale. Joan Baumont compare la façon dont l’Australie et la Nouvelle-Zélande se mobilisèrent pour apporter leur contribution au conflit. On retiendra que les monuments érigés en Australie pour commémorer la Grande Guerre comportent pour plus de la moitié d’entre eux à la fois les noms des morts et des engagés survivants du conflit. Rita Paolini, dans un des rares articles en anglais, réfléchit à partir de l’évolution de la pensée d’un étudiant indien à Oxford au moment de la Première Guerre mondiale, sur le rôle qu’entendaient avoir les princes de l’Inde après-guerre dans le cadre d’un dominion qui aurait été obtenu en remerciement pour la contribution de leur pays à l’effort de guerre.

Le professeur japonais Shinji Asada conte le siège de Qingdao entrepris fin 1914 par le Japon et les réactions chinoises face à cette conquête d’un territoire que l’Empire du milieu avait concédé à l’Allemagne. Notons que pour assaillir Qingdao, les forces nippones passent par la terre et donc par un espace entièrement sous souveraineté chinoise, bref une façon de faire qui rappelle que l’Allemagne pour attaquer la France est passée par la Belgique.

 

Cette illustration de la prise de Qingdao n'est pas dans cette revue

Stéphane Tison montre que la Donation américaine Carnegie à la fois en 1913 voit les Balkans comme une poudrière et réfléchit dans les années 1920 et 1930 comment prévenir une nouvelle guerre. Si l’Argentine reste neutre par contre la Grande Guerre a eu de nombreuses conséquences sur l’évolution de ce pays entre 1914 et 1918 ; l’article se clôt en rappelant que Carlos Gardel enregistra en 1932 un tango Silencio en la noche qui décrit les souffrances d’une mère française qui a perdu ses cinq fils à la dernière guerre. Yaron Harel s’interroge sur l’attitude de la communauté juive de Damas face à la propagande sioniste.

Trois universitaires débattent autour de l’ouvrage d’Odile Moreau La Turquie dans la Grande Guerre paru chez Soteca. Est évidemment évoqué le massacre des Arméniens et la reprise des hostilités après le refus de se plier au contenu du traité de Sèvres d’août 1920. On est gêné pour écrire l’histoire par la disparition des archives militaires de la mission allemande en Turquie.  Un dernier article, en dehors du thème, propose de comparer l’action des administrations coloniales française et espagnole dans chacune de leur partie du Maroc.      

Pour connaisseurs Peu d'illustrations

Octave

Note globale :

Par - 422 avis déposés - lecteur régulier

356 critiques
14/08/16
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur La Grande Guerre hors de France .

> Du même auteur :
> Dans la catégorie Grande guerre :