Ecrire un avis

Richelieu de Luçon à La Rochelle (1618-1628)

Richelieu de Luçon à La Rochelle (1618-1628)
CVRH398 pages
1 critique de lecteur

Avis de Benjamin : "Je puis vous assurer que j’ai le plus vilain évêché de France, le plus crotté et le plus désagréable (Richelieu)"

À l’occasion du vingtième anniversaire de l’association Sur les pas de Richelieu, en 2018 ont été sollicités vingt-et-un auteurs pour évoquer la dernière  période où Richelieu était évêque de Luçon (il le fut de 1605 à 1624) et les premières années où il exerça les responsabilités dans les affaires de la France.

Richelieu fut député du clergé poitevin aux États-généraux de 1614 et Il se mit d’abord au service de la régente. Richelieu se trouve donc du mauvais côté à la chute Concini en 1617, ce qui explique qu’il soit banni en avril 1618 en Avignon. Richelieu négocie en 1619 (année de naissance de Cyrano de Bergerac ) puis en 1620 la fin de la rébellion aristocratique dont Marie de Médicis a pris la tête. Richelieu entre à nouveau au Conseil du roi durant l’année 1624, avec la protection de la reine mère. Cependant cette dernière n’apprécie la politique d'hostilité à la Maison d’Autriche qu’il mène en favorisant les intérêts des princes protestants. Aussi en 1630, Marie de Médicis exige du roi la destitution du cardinal ce qu’elle n’obtient pas de Louis XIII et elle doit même partir en exil à la suite de cette affaire.

Par contre le cardinal de Richelieu entend rabaisser la puissance militaire que l’Édit de Nantes avait permis aux protestants français de conserver en partie. Ceci explique le siège de la ville de La Rochelle, d’ailleurs très proche de Luçon, une opération militaire qui se déroule de septembre 1627 à octobre 1628. Le duc de Buckingham et d’Artagnan sont d’ailleurs acteurs, dans des camps opposés, de cette affaire et Richelieu gagne là son entrée dans le club patrimonial des hommes d’état français.

Jean André, Laurent Avezou, Françoise Bayard, Yves-Marie Bercé, Joseph Bergin, Stéphane Blond, Bernard Cottret, Hugues Eudeline, Fadi El Hage, Madeleine Haehl, Denès Harai, Nicole Lemaître, Marie-Noëlle Matuszek, Claude Michaud, Pascal Rambeaud, Jean-Marc Roger, Roger Roiland, Solange Ségala, Dominique Souchet et Raymond Williaume nous livrent ici des contributions originales.

Ce livre propose trois parties : Richelieu en son monde, Autour de La Rochelle et L’héritage. La province du Poitou est approchée par l’étude de son réseau routier et de son marais. On se rappelle que Richelieu disait, vu l’état des voies de communication dans l’évêché de Luçon que ce dernier était le plus crotté du royaume de France, on apprécie donc les éclaircissements sur la question. Les enjeux et le déroulement du siège de La Rochelle sont bien développés et on n’oublie pas de faire connaître les prolongements qu’il eût de Montauban à Pignerol outre-alpes (on dépasse là un peu la date de 1628). Il était nécessaire de faire connaître l’évolution du récit historique sur ce siège ainsi que l’instrumentalisation qu’en fit la pensée contre-révolutionnaire et des personnages politiques récents comme Martine Le Pen lors de la campagne présidentielle de 2017. Bien d’autres sujets inédits sont à découvrir.     

Pour connaisseurs Peu d'illustrations

Benjamin

Note globale :

Par - 315 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :