Ecrire un avis

Caulaincourt, la Russie et Napoléon

Caulaincourt, la Russie et Napoléon
Persée344 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Même la station de métro à son nom ne l’évoque pas à l’intérieur"

Ceci comme on le verra

Image absente du texte

Et en plus, pour tromper l’ennemi, son nom n’est pas associé au général Lamarque de son époque (sur ce dernier voir Chouans et Vendéens contre l’Empire : 1815. L’autre guerre des Cent-Jours), mais à Jean-Baptiste de Lamarck lui aussi ayant vécu à la même période, l'inventeur du mot "biologie".  

Il était salutaire de sortir de l’ombre ce général de la Révolution, du Consulat et de l’Empire, qui exerça parfois des fonctions de diplomate et en particulier auprès d’Alexandre Ier en 1801 ainsi qu’au Congrès de Prague en 1813. Lors de ce dernier, Metternich et le tsar Alexandre avaient décidé de faire traîner les pourparlers, ceci afin de pouvoir finir de rassembler et organiser les armées autrichiennes. Ils avaient décidé d’en finir avec l’empire napoléonien. L’armistice qui précède le Congrès de Prague est donné comme le modèle d’une cessation des hostilités qui ne débouchent pas sur la paix et on sait que dans l’armée et le gouvernement français, dans les semaines qui suivirent le 11 novembre 1918, il y avait une crainte de voir les combats reprendre. Ce sont les évènements révolutionnaires, éclatant et débouchant en janvier 1919 sur une quasi guerre civile, qui les rassurèrent sur l’impossibilité de l’Allemagne de remobiliser son armée.   

Par ailleurs Armand Augustin Louis de Caulaincourt fait partie de ce groupe de militaires d’origine noble qui servirent fidèlement la Révolution car ils pensaient que leur devoir était de défendre la France. «Lui non plus n’émigrera pas, car prendre le parti de l’étranger, c’est trahir. La possibilité d’une république ne l’effraye pas outre mesure » (page 16).

En fait on aimerait qu’un ouvrage généraliste nous présente ces officiers, au nombre desquels on compte aussi de Marmont. Ceci explique aussi, au moins en partie, le choix de Caulaincourt durant les Cent-Jours en 1815 de prendre le portefeuille de ministre des Relations extérieures qu’il avait déjà occupé entre fin novembre 1813 et le premier avril 1814. C’est d’ailleurs lui qui négocie avec Alexandre l’abdication de Napoléon en vue de sa succession par le roi de Rome son fils. Toutefois cette perspective s’évanouit devant les manœuvres parallèles du maréchal d’Empire et duc de Raguse, à savoir Auguste Viesse de Marmont, en enrichissant d’ailleurs le vocabulaire français du terme "raguser" qui signifie "trahir".

Armand Augustin Louis de Caulaincourt est rayé, selon la légende, après l'intervention personnelle d’Alexandre, des Français à exiler ou juger, pour leur participation au gouvernement ou aux armées des Cent-jours. D’après Gabriel Reilly, c’est à Fouché ministre de la Police entre juillet et septembre 1815 (après l’avoir été de Napoléon de mars à juin 1815) qu’il le doit. D’ailleurs ce dernier sera exilé un peu plus tard en raison de la loi de janvier 1816 qui bannit les régicides car Fouché était député de la Loire-Inférieure à la Convention. Il semblerait toutefois qu’Armand de Caulaincourt fut plus fasciné par le tsar de Russie Alexandre que par Napoléon, ce qui explique le titre de l’ouvrage. Né près de Saint-Quentin, au château de Caulaincourt en 1773, il décède à Pais en 1827.

Comme beaucoup de généraux (ou officiers) de Napoléon, il était franc-maçon ; rappelons que l’adhésion à la franc-maçonnerie prenait une forme d’assurance-vie, utile en cas de capture comme l’ont rapporté certaines mémoires de militaires français. En effet, on pouvait compter sur la vie sauve et l’amélioration de ses conditions de détention en se faisant reconnaître par des officiers ennemis. Une intéressante carte du trajet aller et retour des armes napoléoniennes en Russie est offerte, elle sert d’appui à une large relecture captivante de cet évènement dramatique.

Pour connaisseurs Peu d'illustrations

Adam Craponne

Note globale :

Par - 682 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :