Ecrire un avis

Le duc de Wellington

Le duc de Wellington
Jourdan 368 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "1815 Wellington émancipe les Européens de Napoléon, 1829 Wellington émancipe les catholiques anglo-saxons"

En 1973 paraissait "Le Duc de Wellington et la Belgique" du même auteur et il y a tout lieu de penser que du fait du décès en 1987 d'Henri Bernard, les contenus sont identiques. En tout cas cette réédition est d'actualité puisque 2015 est l'année du bicentenaire de la bataille de Waterloo.

La moité de ce livre est d'ailleurs consacrée à cette bataille. L'auteur montre que contrairement à ce que déclarait Napoléon, le sort des armes ne s'était pas joué sur la trahison du général de Bourmont (ancien chouan) et les incompétences de Ney et Grouchy :

« D’abord sans la trahison d’un général qui sort de nos rangs pour avertir l’ennemi, je dispersais, je détruisais toutes ces bandes, sans qu’elles eussent pu se réunir en corps d’armée. — Puis, sur ma gauche, sans les hésitations inaccoutumées de Ney, aux Quatre-Bras, j’anéantissais toute l’armée anglaise. — Enfin sur ma droite, les manœuvres inouïes de Grouchy, au lieu de me garantir une victoire certaine, ont consommé ma perte et précipité la France dans un gouffre. »

Selon Henri Bernard au contraire :

« C'est toute la machine militaire, mise sur pied durant les Cent-Jours, qui était grippée. C'est tout le plan de l'empereur qui était irréalisable. La campagne de 1815 ne fut nullement la campagne des occasions manquées ; son aboutissement fut logique, car rien ni personne ne pouvait empêcher Napoléon de courir à son inéluctable destin » (page 1915)

À l'aide de cartes et fort minutieusement, l'auteur nous conte les péripéties de la bataille de Waterloo.

« Sur le plateau de Mont-Saint-Jean, la position choisie par le duc revête une forme semi-circulaire. Wellington y a disposé ses pièces d'artillerie de façon à produire le feu mortel de la circonférence au centre. C'est dans ce gouffre que plongeront les charges de la cavalerie française et le suprême effort de la Garde impériale, faisant le jeu de l'adversaire ». (page 316)

Il n'oublie pas cependant de faire preuve d'esprit de synthèse comme le prouve ces mots :

« Waterloo inaugure ainsi une ère de la tactique qui va durer 124 ans, celle de primauté de la défense sur l'attaque. (…) À partir de Waterloo, pendant 124 ans, des deux modes d'action de l'infanterie assaillante, le feu et le mouvement, celui-ci ne suffira plus à vaincre celui-là. (…). Pendant 124 ans, la vaine recherche de la solution du problème se poursuivra au prix de millions de vies humaines. La vraie solution, sera indiquée, dès 1918, par le colonel britannique J.F.C. Fuller du Tank Corps.(...) Elle sera appliquée, en 1939, non par les compatriotes des précurseurs, mais par les Allemands qui copieront ceux-là, avec le jumelage parfait, grâce à la liaison radioélectrique bilatérale, des divisions blindées agissant en masse et de l'aviation d'appui ». (page 317)

Pour Wellington, il y eût bien sûr un avant et un après Waterloo, ceux-ci sont très intéressants car le duc exerça un rôle primordial dans la péninsule ibérique contre les armées napoléoniennes et de longues responsabilités de Premier ministre dans les années 1820. On peut regretter que le ton ne soit généralement un peu trop hagiographique. L'image que donne les historiens des gouvernements anglais dirigés par Wellington est celle de l'ultra-conservatisme, si l'on excepte la mesure à laquelle nous faisons allusion dans le titre de cette chronique. Elle concerne très majoritairement les sujets, alors fort nombreux en proportion, d'origine irlandaise ; le duc de Wellington était d'ailleurs natif de leur île.

Pour tous publics Quelques illustrations

Adam Craponne

Note globale :

Par - 586 avis déposés - lecteur régulier

586 critiques
22/03/15
L'exposition "Napoléon-Wellington : destins croisés" du 21/03 au 31/07/15 au Musée Wellington à Waterloo.

http://www.lesoir.be/828969/article/culture/2015-03-21/napoleon-et-wellington-enfin-reunis-l-expo-qui-magnifie-paix-plutot-que-guerre
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :