Ecrire un avis

Les officiers du Consulat et de l’Empire

Les officiers du Consulat et de l’Empire
SOTECA 800 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Le phare d'Eckmühl doit son nom au maréchal Louis-Nicolas Davout, vainqueur de la bataille d’Eckmühl le 22 avril 1809"

Ce livre est un vrai régal pour qui veut connaître l’univers dans lequel vécurent non seulement les officiers mais bien souvent l’armée napoléonienne en général. Ainsi la question de l’intendance qui ne suivait pas, contrairement au mot de Napoléon est posée. Ce dernier d’ailleurs comptait essentiellement sur le pillage des ressources locales pour répondre aux besoins des troupes, ceci posait des problèmes aux officiers qui voyaient leurs troupes marauder et qui se posaient la question des limites à imposer aux soldats. Ceux-ci sentaient bien que s’attirer par là, la haine de la population locale pouvait avoir des conséquences et Gilbert Bodinier rappelle que la résistante espagnole s’est autant nourrie au départ d’une réaction à l’encontre des réquisitions que d’une monté de l’esprit de patriotisme et d’une poussée religieuse.

Des chapitres inattendus sont fort bien venus comme toutes ces pages consacrées au devenir outre-mer des anciens officiers de l’Empire français. On avait déjà noté fin 2013 la sortie du livre chez Hervé Chopin "Le généralissime" de Henri Prévost-Allard, qui présentait Jean-François Allard, né en 1785 à Saint-Tropez, aide de camp du maréchal Brune, il échappe de peu à l’assassinat qui réussit sur la personne de Brune. En Inde il modernise les armées du fondateur du royaume sikh avec l’aide de trois autres ex-officier impériaux, eux d’origine italienne à savoir Jean-Baptiste Ventura, Paolo Di Avitabile et Août Claude Cour. Gilbert Bodinier montre que l’on retrouve entre autre des officiers napoléoniens acteurs des indépendances sud-américaines, belge et grecque.

La formation, l’origine sociale, l’avancement, l’origine géographique (intéressant point mais pour les Suisses on aurait aimé voir citer là Jomini, qui l’est à d’autres endroits d’ailleurs), la conjointe et d’autres points esquissent une analyse quasi sociologique. Sont également évoqués les attitudes lors de l’abdication en 1814 et des Cent Jours sont pour ainsi dire "passées en revue" (et contrairement à ce que dit l'éditeur tous ne serviront pas l'Empire jusqu'à ses derniers jours), les sentiments religieux et l’adhésion à la franc-maçonnerie (importante car forme d’assurance-vie en cas de capture), les désirs de conter leurs souvenirs, de se faire historien (comme Philippe-Paul de Ségur, oncle du mari de la comtesse en question) ou d’écrire des ouvrages de tactique (c’est le cas de Jomini), de devenir artiste (l’Alsacien Lejeune et le Lyonnais Franceschi -Delonne).

Pour connaisseurs Aucune illustration Plan thématique

Adam Craponne

Note globale :

Par - 688 avis déposés - lecteur régulier

372 critiques
07/05/19
Un colloque Regards croisés sur les hussards en France, en Pologne et en Hongrie (XVe-XIXe siècles) le 20 mai 2019

Hôtel des Invalides, musée de l’Armée, auditorium Austerlitz https://www.musee-armee.fr/index.php?id=334&L=0%27A%3D0
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :