Ecrire un avis

Le destin des hommes de Pétain de 1945 à nos jours

Le destin des hommes de Pétain de 1945 à nos jours
Nouveau monde416 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Pétain au Canada, ils en ont fait une montagne!"

Le destin des hommes de Pétain de 1945 à nos jours fait suite à Les hommes de Pétain, ils sont tous les deux du même auteur. Ces livres proposent des chapitres où sont examinées le cas de plusieurs personnalités appartenant à un milieu socio-professionnel. On s’intéresse donc aux devenirs de personnes connues pour leur action collaborationniste, toutes tendances confondues, au sein de la Légion française des combattants, du patronat, des journalistes, de l’Église, des prisonniers de guerre, des agriculteurs, de la médecine …

S’attachant à des destins individuels, en petit nombre, et travaillant sur des écrits de seconde, voir troisième ou quatrième main, l’auteur aurait dû éviter toute généralité. Larivé et Lavenir militants École émancipé avant-guerre du Syndicat national des instituteurs dans le Rhône, Emery professeur d’École normale, sont devenus membres du cabinet d’Abel Bonnard. Ce sont des personnages que l’ouvrage ignore. Il nous cite par contre André Delmas, sans aucune responsabilité dans l'administration, qui prétendument réintroduit le SNI dans la mise en œuvre des décisions au ministère de l’Éducation nationale. André Delmas, secrétaire du SNI jusqu’en 1940, à cette époque ne représente que lui-même et le SNI a largement développé des structures clandestines entre 1942 et 1944, années où Abel Bonnard est ministre. De 1940 à 1944, se succèdent trois secrétaires généraux du SNI (maintenu quoique interdit) dont les deux premiers mourront en déportation.

Au contraire, Abel Bonnard entend favoriser par des quasi convocations, des présences à des conférences de L’Union de l’Enseignement, qui était une filiale du RNP de Marcel Déat, la Confédération Générale de l’Enseignement et venue des cercles nationalistes d’avant-guerre l’Union Corporative des Instituteurs dont l’animateur Serge Jeanneret, entra au cabinet d’Abel Bonnard. Par ailleurs ne s’attacher qu’au sort des ministres de l’Éducation nationale dans un chapitre intitulé "L’instruction publique finalement peu épurée" porte à confusion. Même si ce chapitre est sûrement le plus faible (je suis,il est vrai un peu moins qualifié pour juger les autres) l’ouvrage laisse croire parfois qu’il donne une vue d’ensemble, alors qu’il est toujours focalisé sur quelques personnalités.

Un listage d’informations et de recherches donc, avec pour terminer une réflexion d’abord sur les liens entre Vichy et l’Algérie française et ensuite sur la vie de l’association pour la défense de la mémoire du maréchal Pétain. La conclusion ouvre sur la généralité et c’est là que l’on trouve par exemple le nombre d’enseignants sanctionnés (page 376).   Une biographie très complète et un index des personnes citées sont un réel atout. C'est un très bon outil pour le grand public et les passionnés de cette période pourront trouver la réponse aux questions du devenir de personnalités de la Collaboration.

Pour tous publics Aucune illustration Plan thématique

Adam Craponne

Note globale :

Par - 679 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :