Ecrire un avis

L’affaire Touvier : les révélations des archives

L’affaire Touvier : les révélations des archives
Flammarion 430 pages
1 critique de lecteur

Avis de Alexandre : "Des habits bien trop grands pour le personnage"

Paul Touvier occupa sérieusement l’actualité journalistique entre 1972 et sa mort en 1996. En novembre 1971 le président Pompidou le gracie sans que cette action ne paraisse au Journal Officiel, en effet il avait été condamné à mort mais avec l'aide de membres du clergé catholique il était en cavale depuis son évasion (avec des complicités) en juillet 1947. Il en était là à sa deuxième fuite, la première avait duré d’août 1944 à juillet 1947.   

Lorsqu’en 1972 le journal  L’Express révèle la grâce dont il a bénéficiée, des plaintes pour crimes contre l'humanité imprescriptibles sont déposées contre lui. Il entame bientôt sa troisième cavale, protégé toujours par les mêmes réseaux catholiques. Il est finalement arrêté en 1989, jugé et condamné en 1994, devenant le seul Français à être condamné pour crimes contre l’humanité. Lui sont reprochés dans ce cadre la mort des époux Basch (le mari étant président de la Ligue des droits de l’Homme) et l’exécution le 29 juin 1944 de sept otages juifs à Rillieux alors dans l’Ain (aujourd’hui Rillieux-la-Pape dans le Rhône) en représailles à l'assassinat de Philippe Henriot secrétaire d'État à l'Information de Vichy. C’est pour cette seule dernière affaire qu’il est accusé en 1995.

Bénédicte Vergez-Chaignon montre bien comment Paul Touvier savait se jouer des gens en se présentant coupable seulement de son appartenance à la Milice. Bien parti, après avoir manipulé des responsables chrétiens (dont un pasteur), pour faire de même avec les journalistes, il se cassa magistralement le nez lorsqu’il rencontra Dominique Jamet dont le père par pacifisme rejoignit la Collaboration (sans se mettre de sang sur les mains). En effet ce dernier décrypta tous les faux-semblants de son discours dans une suite de dix articles qui parurent dans le Quotidien de Paris en 1980 (pages 258-259). On peut regretter l’absence d’illustrations dans ce bel ouvrage.    

Pour tous publics Aucune illustration

Alexandre

Note globale :

Par - 361 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :