Ecrire un avis

La guerre des vaccins

La guerre des vaccins
Odile Jacob349 pages
1 critique de lecteur

Avis de Patricia : "Une vague de méfiance qui déferle sur les vaccins alors que certains entendent haletants un vaccin contre le corinavirus"

Récemment, le gouvernement a fait passer le nombre de vaccins obligatoires à onze. Aujourd’hui certains catholiques intégristes et plusieurs militants écologistes ont enfourché le combat contre les vaccins. Dans les jeunes générations adultes, l’hostilité à la vaccination s’est accrue.

L’ouvrage Antivax, la résistance aux vaccins du XVIIIe siècle à nos jours  de Fançoise Salvadori et Laurent-Henri Vignaud avait déjà posé la question du vaccino-scepticisme. L’auteur Patrick Zylberman est professeur émérite de la chaire d'histoire de la santé à l'École des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP). Il rappelle qu’en particulier la variole a disparu grâce à la vaccination, toutefois nous ajouterons que cette dernière vaccination ne présentait pas aucun risque et on sait que des cas d’encéphalite se sont produits chez des enfants suite à cette vaccination (voir à ce sujet file:///C:/Users/PROPRI~1/AppData/Local/Temp/32607_725-d65.pdf).

 

L’auteur évoque au départ des épidémies récentes dans le monde occidental, comme celle de la rougeole. Ces épidémies ont pu se développer car dans les pays en question, un nombre de personnes, qui n’était plus marginal, n’avait pas été vacciné.  

Il essaie d’exposer les idées des opposants aux vaccins ; l’idée la plus ancienne est celle que le vaccin est un poison. En France, dès la sortie de la Seconde Guerre mondiale, les opposants à la vaccination se regroupent en association.  Certains de ces militants pensent que la Nature doit tout réguler d’elle-même alors que d’autres imaginent que les vaccins produisent, en particulier pour le compte de l’industrie pharmaceutique, de nouvelles maladies.

L’ouvrage est divisé en une petite dizaine de chapitres respectivement intitulés : Condamnée, maudite, la vaccination revient victorieuse, La jouissance avant la prudence, La vaccination, Le grand retournement des attitudes, Il était une fois les anti-vaccins, 60 millions de conspirateurs ?, Généalogie de l’obligation vaccinale, Efficacité, efficience, légitimité, Guerre d’opinion, L’obligation est première, le droit ne vient qu’après. On retiendra de la conclusion : « l’histoire de la vaccination ou du confinement montre que l’obéissance aux règles (non aux chefs) n’est pas motivée par la crainte du châtiment mais par un consentement accordé une fois pour toutes, directes ou indirectes, des besoins vitaux de l’être humain » (page 293).

On pourra découvrir l’auteur ici https://www.youtube.com/watch?v=rKcWpug09jk&feature=emb_logo

idé cadeau

Pour tous publics Aucune illustration

Patricia

Note globale :

Par - 49 avis déposés - lectrice régulière

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :