Ecrire un avis

Le neveu de Pasteur ou la vie aventureuse d’Adrien Loir, savant et globbe-trotter (1862-1941)

Le neveu de Pasteur ou la vie aventureuse d’Adrien Loir, savant et globbe-trotter (1862-1941)
Odile Jacob318 pages
1 critique de lecteur

Avis de Patricia : "Une vie de recherches"

De la famille de Pasteur, un homme né à Dôle (Jura) le 27 décembre 1822 et mort à Marnes-la-Coquette (aujourd’hui en Hauts-de-Seine mais à cette époque en Seine-et-Oise) le 28 septembre 1895, on ne connaît que peu de choses en lisant sa notice sur wikipédia. On apprend toutefois là que son père était tanneur. Annick Perrot et Maxime Schwartz nous dévoilent qu’Adrien Loir avait pour mère Amélie qui était la sœur de Marie Laurent, la propre épouse de Louis Pasteur. Toutes deux étaient les filles d’un recteur de la faculté de Strasbourg. Adrien Loir, qui a vu le jour en 1862, a fait ses études au lycée de Lyon et de 1882 à 1888 il est  assistant dans le laboratoire de Pasteur. Dès 1883, Adrien Loir prend une part très active dans la recherche du vaccin contre le rouget du porc, du mouton et de la dinde.

Il poursuit des recherches et installe des laboratoires de productions de vaccin tant en Russie, qu’en Tunisie, en Australie, en Rhodésie, en Argentine ou au Canada. Dans ce dernier pays les lapins ont été introduits dès la fin du XVIIIe siècle mais dans le cadre d’un élevage ; toutefois en 1859, Thomas Austin libèrent plusieurs couples de ces animaux pour le plaisir de la chasse. Or dans cet espace, les lapins n’ont pas de prédateurs naturels, aussi rapidement ils pullulent, il étudie l'usage du virus du choléra des poules, appelé Pasteurella (en hommage à Louis Pasteur), dans une tentative d'éliminer les lapins qui causent bien des dégâts dans ce pays.  Adrien Loir endosse l’habit d’anthropologue en Australie et on lui doit des articles illustrés, décrivant en particulier le boomerang. Retourné en France, quelques années avant la déclaration de la Grande Guerre, il est installé au Havre et la présence du gouvernement belge en exil à Sainte-Adresse lui vaudra, diverses distinctions honorifiques de la part du roi Albert, pour son action auprès des civils et militaires. Notons par ailleurs que peu avant sa mort, il tient une conférence sur la dératisation, un sujet qui lui a toujours tenu à cœur.

Pour connaisseurs Beaucoup d'illustrations

Patricia

Note globale :

Par - 50 avis déposés - lectrice régulière

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :