Ecrire un avis

Faire parler les corps: François-Emmanel Fodéré à la genèse de la médecine légale moderne

Faire parler les corps: François-Emmanel Fodéré à la genèse de la médecine légale moderne
Presses universitaires de Rennes301 pages
1 critique de lecteur

Avis de Patricia : "François-Emmanel Fodéré un savoyard disciple de Paul Zacchias et maître de nombreux docteurs"

François-Emmanel Fodéré est né en 1764 à Saint-Jean-de-Maurienne, il est alors sujet du jeune royaume de Piémont-Sardaigne (apparu en 1720). C’est à Chambéry puis à Turin qu’il étudie la médecine. Il s’est rendu en mai 1787 dans la capitale française pour acquérir des connaissances qu’il emploiera plus tard en médecine légale, mais fin 1789 il était médecin à Aoste puis dans l’armée de son pays.

 

L’espace savoyard où il naît est incorporé à la République française fin 1792, et François-Emmanel Fodéré s’engage dans l’armée française des Alpes. À la fin des années 1790, il enseigne à Nice et séjourne ensuite à Martigues, Marseille et Trévoux. Il soigne en 1812 Ferdinand VII roi d’Espagne en exil à Valençay chez Talleyrand. L’année suivante, il s’occupe des aliénés de l’hospice d’Avignon ; en 1814 il succède à  Jean-Louis Tinchant pour la chaire de médecine légale de Strasbourg. Il garda ce poste jusqu'à sa mort en 1835.

 

La médecine légale est un domaine dont les premières bases sont dues à Paul Zacchias un médecin du pape Innocent X, connu pour avoir dénoncé les clauses religieuses des Traités de Westpahalie. Paul Zacchias publia de 1621 à 1639 neuf ouvrages Quæstiones medico legales, in quibus omnes eæ materiæ medicæ, quæ ad legales facultates videntur pertinere, proponuntur, pertractantur, et resolvuntur où il traita notamment d’empoisonnements, assassinats et suicides. On attribue d’ailleurs la mort de la belle-sœur du pape Innocent X, deux ans après le décès de ce dernier, à un empoisonnement dû à Exili, qui plus tard a transmis une part de son savoir à la marquise de Brinvilliers.   

 

L’ouvrage propose une vingtaine de contributions réparties dans les chapitres suivants :

  • Biographie intellectuelle de François-Emmanuel Fodéré
  • Médecine légale et criminologie
  • Hygiène publique
  • Fodéré : le moment italien

Le contenu de cet ouvrage est très riche, il permet notamment d’en savoir plus sur les sujets qui suivent. François-Emmanel Fodéré a cherché en savoir plus sur le passage des Alpes réalisé par Hannibal ; il émet l’hypothèse atypique d’un passage par la Vallée des Merveilles, espace sur la commune de Tende devenue française en 1947.  Il est rappelé que durant tout le XIXe siècle existait pour les campagnes des officiers de santé qui n’avaient pas suivi des cours à l’université de médecine mais avaient pratiqué la médecine quelques années auprès d’un docteur, François-Emmanel Fodéré, en tant que membre du jury médical des Alpes-Maritimes, était chargé d’accorder le titre d’officier de santé.

L’histoire de la médecine légale française est retracée, on y trouve outre les noms de François-Emmanel Fodéré mais aussi par exemple celui de ses aînés Jean-Jacques Belloc et Antoine Louis, mais aussi celui de ses successeurs tels Gabriel Tardieu pour la Monarchie de Juillet ou Ambroise Tardieu pour le Second Empire. Un autre texte s’interroge sur les références aux discours, contenu dans le Traité de médecine légale et d’hygiène publique (paru de 1813 à 1816, voir en particulier https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k76976k) de François-Emmanel Fodéré,  pour les procès de viol à Nice pour l’époque de 1814 à 1860 où elle revient dans le giron de la famille savoyarde qui règne sur le royaume de Piémont-Sardaigne. Une autre contribution s’intéresse au contenu du même ouvrage au sujet de l’autopsie médico-légale et une troisième en matière d’infanticide.

Le procès de Salomé Guiz a lieu en 1817 à Strasbourg ; elle est surnommée "l’ogresse de Sélestat", Fodéré est sollicité pour donner son avis sur l’état mental de cette femme. Ce dernier évoquera ce cas dans son ouvrage Essai médico-légal sur la folie vraie simulée et raisonnée (paru en 1832). En matière d’enseignement, il a bien plus confiance dans les Frères des écoles chrétiennes que dans l’enseignement laïc, mais il faut dire qu’à l’époque ce dernier manque sérieusement de maîtres compétents, ce qui l’oblige parfois à recourir à l’enseignement mutuel (ce qui n’est pas sans inconvénient).

Voici l’essentiel des études portées dans les deux premiers chapitres ; la troisième partie compte également des thèmes fort intéressants comme une réflexion de Fodéré sur les conséquences de l’industrialisation en matière de santé ou son combat contre l’épizootie qui peut se transformer en zoonose si l’épidémie passe de l’animal à l’homme. La dernière partie est consacrée à l’apport multidimensionnel de notre docteur à la médecine pratiquée en Italie au XIXe siècle.

coup de coeur !

Pour connaisseurs Aucune illustration

Patricia

Note globale :

Par - 97 avis déposés - lectrice régulière

704 critiques
01/05/21
Sortie en 2020 de l'ouvrage "La mort n'est que le début" où une médecin légiste dévoile les coulisses de son métier tel qu'il se pratique aujourd'hui.
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :