Ecrire un avis

Ecaterina Teodoroiu : La Jeanne d'Arc de Roumanie

Ecaterina Teodoroiu : La Jeanne d'Arc de Roumanie
Princeps; L’Harmattan352 pages
1 critique de lecteur

Avis de Patricia : "La Roumaine Ecaterina Teodoroiu femme combattante durant la Première Guerre mondiale"

Avec l’Empire ottoman, la Roumanie est le pays où le nombre de civils morts du fait de la Première Guerre mondiale dépasse très largement celui des militaires morts au front. Le total des décédés représente exactement 10% de la population du pays dans ses frontières de 1914 et seule la Serbie dépasse ce taux.

 

Il est bon de rappeler que finalement la Roumanie n’est que courtement engagée dans le conflit. La Russie promet la Transylvanie à la Roumanie si elle ne s’engage pas du côté des empires centraux. Restée neutre les deux premières années, car ce sont les pays de son alliance qui ont attaqué, Bucarest notifie au gouvernement austro-hongrois fin août 1916 la déclaration de guerre du royaume de Roumanie à la double monarchie uniquement. C’est un moment où l’offensive Broussilov a marqué des points en Ruthénie et dans les Carpates en général.

 

Bulgares, Turcs et Allemands répondent par une déclaration de guerre à la Roumanie. Si durant le mois de septembre les armées roumaines, largement équipées de matériel français, progressent en Transylvanie, une contre-offensive pour l’essentiel allemande amène les armées roumaines à se replier vers le Siret, un affluent de la rive gauche du Danube. L’armée russe vient en aide mais cela se traduit par des pillages par ses soldats et le 9 décembre 1917 un armistice est signé entre les belligérants.  Ce dernier a lieu alors que les bolchéviks ont pris le pouvoir à Leningrad et aient annoncé leur intention de sortir de la guerre, un armistice a d’ailleurs été signé par eux le 5 décembre 1917. Le Traité de Bucarest s’en suit mais il n’a jamais été ratifié ; il offre quelques gains territoriaux à l’Autriche-Hongrie et à la Bulgarie. Fin octobre 1918, la Roumanie le dénonce et réentre en guerre, du côté des Alliés, le 7 novembre 1918.

 

Ecaterina Teodoroiu meurt au combat en août 1917 lors d'une attaque lancée par le 40e régiment de réserve allemand. Elle est née en Valachie en janvier 1894.  On nous conte ici sa vie, dans une édition bilingue français-roumain. Enseignante en primaire au moment de la déclaration de guerre, elle sert d’abord comme infirmière (l'épidémie de typhus frappant les troupes nous est évoquée) mais très choquée par la mort de son frère Nicolae, sergent dans l'armée roumaine, elle se propose de combattre les armes à la main. Enterrée près du front à Fitionești, ses restes sont réinhumés dans son village natal en juin 1921. La presse française offre, avec le supplément illustré du Petit Journal du 21 octobre 1917, une image glorifiée de sa mort, à voir ici https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k717284g/f8.item.

 

La Roumanie étant un des pays de l’Union européenne, qui n'ont pas encore adopté l’euro, un billet de banque de 20 lei, à son effigie, est émis en 2020.

Pour connaisseurs Beaucoup d'illustrations

Patricia

Note globale :

Par - 64 avis déposés - lectrice régulière

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :