Ecrire un avis

Pour une Russie européenne: géopolitique de la Russie d’hier et d’aujourd’hui

Pour une Russie européenne: géopolitique de la Russie d’hier et d’aujourd’hui
L’Harmattan 189 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "L’Europe de Gibraltar à Vladivostok"

En fait il s’agit de faire d’abord le tour des relations complexes que la Russie entretient avec l’ensemble de ses voisins frontaliers ayant appartenu à l’Union soviétique ou non (c’est le cas de la Pologne avec l’enclave de Kaliningrad (Königsberg en allemand).  Ce qui frappe c’est que, mis à part la Biélorussie, l’ensemble des pays à l’ouest de la Russie ont basculé dans le camp de l’OTAN au grand dam de Vladimir Poutine).

Toutefois la Russie a gardé dans certains d’entre eux des moyens de pression en occupant (comme pour l’Ukraine) ou entretenant une force hostile au gouvernement du pays dans une partie de ce dernier (Moldavie et Géorgie). Elle peut aussi jouer un rôle difficile et peu efficace d’arbitre comme dans le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. En Asie centrale les Chinois ont pris de nombreuses places dans l’économie des pays situés entre la mer Caspienne et la Chine.

Un chapitre interroge sur les conséquences pour les importations en gaz et pétrole des états européens des tensions entre la Russie et l’Union européenne, dans cette même partie l’auteur signale que la fuite des cerveaux russes est partiellement enrayée. La place de l’armée russe dans l’économie est interrogée également dans un chapitre spécifique, on compte 850 000 soldats et le budget consacré à la défense est conséquent ; la Russie est revenue en force dans les problèmes internationaux du fait de ses interventions militaires directes ou indirectes.

Dans le chapitre qui suit, il est avancé que Vladimir Poutine n’a pas les moyens d’assumer un grand dessin stratégique mais que par contre il sait saisir les occasions afin de replacer la Russie en situation d’acteur sur l’échiquier international. Le soutien de la Russie à la Syrie est largement évoqué. Finalement, pour reprendre, un mot d’Alexandre III, la Russie n’a que deux alliés sûrs l’armée et la flotte russes. Dans sa conclusion, Gilles Gallet regrette qu’en retrouvant sa place dans le commandement intégré de l’OTAN (une des initiatives dues au président Sarkozy), la France ait perdu aux yeux des Russes son rôle de passerelle dans la diplomatie internationale.    

Pour tous publics Quelques illustrations

Adam Craponne

Note globale :

Par - 682 avis déposés - lecteur régulier

430 critiques
18/10/16
Des journalistes de la BBC viennent de retrouver, dans les archives du ministère est-allemand de la Sécurité d’État (Stasi), un enregistrement vidéo inédit d'une conférence de Kim Philby

En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/international/201604041023942112-kim-philby-agent-sovietique/
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :