Ecrire un avis

Le pacte des diables: Une histoire de l’alliance entre Hitler et Staline (1939-1941)

Le pacte des diables: Une histoire de l’alliance entre Hitler et Staline (1939-1941)
Buchet Chastel544 pages
1 critique de lecteur

Avis de Octave : "Von Ribbentrop chez les soviets et Molotov chez les nazis"

L’URSS et l’Allemagne nazie veulent bouleverser les équilibres mondiaux existants et en particulier revoir les frontières. Dans l’Entre-deux-guerres, au-delà des discours de mutuel rejet, des collaborations militaires et économiques ont existé entre ces deux pays. Face à l’échec de la politique de sécurité collective qui avait laissé l’Italie envahir l’Abyssinie et l’Allemagne se réarmer puis s’emparer de l’Autriche et de la Bohême, Staline songe à se rapprocher de l’Allemagne. Durant l’été 1939, il renvoie son ministre des Affaires étrangères à savoir Litvinov pour le remplacer par Molotov qui avait conduit une brutale politique de collectivisation en Ukraine au début des années 1930

On relèvera les paroles significatives de Molotov qui déclara : « Nous sommes plus que jamais convaincus que notre brillant camarade Lénine ne s’est pas trompé quand il nous assuré que la Seconde Guerre mondiale nous aidera à prendre le pouvoir dans l’Europe entière comme la première Lbelligérants vivant dans la misère, suite aux malheurs dus à la guerre, se révolteront contre leurs dirigeants et recevront l’appui des armées soviétiques.

Alors que Grande-Bretagne et France se refusent à offrir à l’URSS des gains territoriaux dans le cadre d’une alliance commune de défense contre les menées d’Hitler, l’Allemagne est prête à partager avec la Russie tout l’espace des pays situés entre l’URSS et l’état nazi. L’auteur s’intéresse longuement sur les diversités de l’accueil des troupes soviétiques par les populations des petits pays partiellement ou totalement envahis par l’Armée rouge fin 1939.  Si l’accueil fut parfois chaleureux au départ, bientôt une conséquente répression fut menée par le NKVD. De l’autre côté la gestapo se mit à l’ouvrage. Roger Moorhouse rapporte de nombreux faits précis.  

On revient sur l’incrédulité de Staline face à une attaque surtout que plus on allait vers le début de l’été, et plus il était logique de penser que les bonnes conditions pour mener une offensive diminuaient vu que la date de commencement du terrible hiver russe se rapprochait. Le Parlement européen, reprenant là une idée déjà réalisée dans les pays baltes, a fixé au 23 août la date de la Journée commémorative des victimes du stalinisme et du nazisme. C’est en mémoire de la signature du Pacte germano-soviétique le 23 août. En appendice est livré le contenu de ce traité, par ailleurs on apprécie que les noms des lieux cités soient assez souvent cités dans plusieurs langues car le lecteur peut trouver là la forme qu’il connaît. Une ou deux cartes de géographie historique auraient été souhaitables pour cet ouvrage très bien documenté dont l’édition originale en anglais date de 2014.

Pour connaisseurs Peu d'illustrations

Octave

Note globale :

Par - 444 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :