Ecrire un avis

Paderewski président

Paderewski président
Favre334 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Vive la Pologne, monsieur!"

Antonin Scherrer est un musicien à qui on doit quelques ouvrages et il propose là sa seconde biographie. Son dernier livre a pour sous-titre Une vie d’engagement patriotique en faveur de la Pologne entre Morges et les États-Unis.  Il sort en lien avec l’exposition temporaire Paderewski président. Une vie d'engagement patriotique en faveur de la Pologne entre Morges et les Etats-Unis qui se tient au Château de Morges (sur la rive suisse du lac Léman) du 22 mars  au 15 décembre 2019.  

L’année 2019 marque la renaissance de l’état polonais puisque celui-ci, victime de trois partages successifs, avait disparu à la fin du XIXe siècle. Ignace Paderewski était un pianiste et il fut, durant toute l’année 1919, le premier président du Conseil des ministres de la Deuxième République de Pologne. Rappelons que la République des Deux Nations, qui réunit Polonais et Lituaniens de 1569 à 1795 est la Première République et qu’elle est de type aristocratique. Notons que des populations ruthènes appartiennent plus ou moins longtemps à cet état où les nobles élisaient le roi, ce qui se traduisait par un clientélisme influencé tout au long des XVIIe et XVIIIe siècle par des états voisins (Suède, Prusse, Autriche et Russie). On a un bon exemple avec Stanislas Leszczynski ou Leczinski qui appartient à la faction pro-suédoise et règne en alternance contre Auguste II client de la Russie ; on sait que Stanislas Leszczynski terminera sa vie comme duc de Lorraine.  

Ignacy Jan Paderewski est né en 1860 dans la Russie tsariste dans un village au milieu d’une région voisine du nord de la Bessarabie (la Moldavie aujourd'hui). Toutefois il rejoint assez vite Varsovie et fait, dans cette ville, des études au conservatoire. En 1885-1886, il professeur au conservatoire de Strasbourg, alors en Alsace-Lorraine. Il mène ensuite une carrière internationale de pianiste, vivant à partir de 1897 en Suisse et épouse deux ans plus tard épouse Helena Górska, baronne de Rosen.

Son engagement pour la renaissance de la Pologne se manifeste au début des années 1910 et en 1914 il est à l’origine en Suisse d’un Comité central de secours pour les victimes de guerre en Pologne. En effet la Pologne russe est un champ de bataille pour les armées allemandes. En janvier 1918, Wilson le président des USA propose dans le cadre de ses Quatorze points : « « Un État polonais indépendant devra être constitué, qui inclura les territoires habités de populations indiscutablement polonaises, [État] auquel devra être assuré un accès libre et sûr à la mer, et dont l'indépendance politique et économique et l'intégralité territoriale devraient être garanties par engagement international », suite à des entretiens qu’il a eus en 1917 avec Ignacy Jan Paderewski.

Dès décembre 1918, ce dernier est de retour en Pologne et il est le chef de la délégation polonaise qui signe le Traité de Versailles. Dans l’Entre-deux-guerres, il vit pour l’essentiel en Suisse et après 1935 il s’inquiète de la dérive autoritaire du régime politique en Pologne. En décembre 1939, alors que la Pologne est occupée tant par les Allemands que par les Russes, Paderewski prend la tête d'un Conseil national polonais en exil, fonction qu'il occupe jusqu'au 29 juin 1941, date de son décès à New-York.  

L’ouvrage Paderewski président ouvre sur une chronologie de l’histoire de la Pologne de 966  à 2015, suit une douzaine de cartes qui permettent de voir l’élasticité de l’état polonais de 1025 à aujourd’hui. Si la carte présentant la situation en 1945 ne permet pas de comprendre le passage de  Vilnius à la Lituanie, celle de 2019 permet de le voir. Même si l’on peut regretter que les deux lignes Curzon ne soient pas écrites de façon autrement lisible qu’avec une loupe, j’ai beaucoup apprécié de suivre en quatre cartes les limites de la Pologne telles qu’elles évoluent de début 1918  à 1923, c’est-à-dire de création d’un état fantoche par l’Allemagne et l’Autriche jusqu’à la victoire des Polonais (avec les conseils d’officiers français) sur les soviétiques.

La suite de l’ouvrage permet d’appréhender la vie personnelle, professionnelle et politique de  de 1910 à son décès. Cette partie chronologique est très illustrée et les lecteurs du Canard enchaîné y trouveront en particulier, à la page 149, un dessin d’humour non signé (mais qui selon moi pourrait être de Henri-Paul Deyvaux-Gassier) parue le 16 avril 1919. On voit Paderewski jouant du piano pour réveiller les quatre grands qui négocient le Traité de Versailles.  

coup de coeur !

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Adam Craponne

Note globale :

Par - 617 avis déposés - lecteur régulier

394 critiques
11/05/19
Exposition « Les chemins de l’indépendance de la Pologne 1914 – 1921 » du 11 au 19/05/2019 dans les salons de l’Hôtel Groslot d’Orléans Maire d’Orléans place de l’Etape
Entrée libre
http://www.magcentre.fr/177210-concert-conference-et-exposition-loire-vistule-commemore-le-centenaire-de-la-pologne-a-orleans/
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :