Ecrire un avis

Flambeau chien de guerre

Flambeau chien de guerre
Tallandier
1 critique de lecteur

Avis de Alexandre : "Vache de guerre !"

La commémoration du centenaire du déclenchement de la Grande Guerre a donné lieu à de multiples évènements, à commencer par une sortie de nombre BD sur le sujet en 2013 et 2014. Les programmes d’histoire du CM 2 et de troisième au collège abordent ce point d’histoire. Toutefois si les cours donnent des informations ils ne permettent pas de sentir toujours les états d’esprit successifs et contradictoires des soldats français et anglais (qui combattent sur le continent) et de la population hexagonale.

Il se trouve que les BD didactiques sur le sujet manquent souvent singulièrement d’attraits pour le jeune lecteur, même si parfois le scénario n’est pas construit de façon trop artificielle. Les histoires courtes abordant le thème de la Grande Guerre aujourd’hui rééditées dans des ouvrages du type Tout Vance se trouvent noyées dans des ouvrages aux nombreux récits et souffrent d’une volonté de traduire à tout prix un héroïsme.

Nous avons heureusement la chance de bénéficier depuis 2003 d’une réédition de l’ouvrage Flambeau chien de guerre de Benjamin Rabier. Ce livre paru (avec près d’une page sur deux en couleurs) pour la première fois en 1916 est extrêmement significatif de la culture de guerre distillée auprès des jeunes durant la Première Guerre mondiale. La nouvelle édition bénéficie d’une postface d’Annette Becker bien connue pour ses ouvrages historiques sur ce conflit et son action au sein de l’Historial de Péronne. Alors que les soldats allemands se comportent comme des animaux en étant menés par les instincts les plus bas, les animaux de B. Rabier prennent parti pour la France et luttent avec une intelligence humaine pour le triomphe des valeurs traditionnelles et universelles des habitants de l’hexagone.

Les dons de B. Rabier pour faire exprimer des sentiments aux bêtes servent bien le scénario. Cet album est à notre connaissance le titre de littérature de jeunesse (quelque soit son genre et sa date de création) qui permet le mieux d’approcher auprès des plus jeunes (7-9 ans) le sujet du premier conflit mondial. Benjamin Rabier est né le 30 décembre 1864 à la Roche-sur-Yon en Vendée. Il est dans la capitale quand les Prussiens assiègent Paris en 1870. Il fait son service militaire puis commence à travailler en 1889 comme comptable au magasin du Bon Marché à Paris ; en 1890 il devient employé de la ville de Paris, exerçant comme contrôleur au marché des Halles où il a occasion d’observer des animaux domestiques. Il a bientôt un travail d’appoint comme contrôleur de billets dans un grand cirque parisien où il peut fréquenter des animaux habituellement sauvages.

L’adulte, qui accompagnera la lecture du jeune, rappellera comment le dessin de la boîte de la Vache qui rit (par notre auteur) est lié au transport par camion de la viande destinée à la consommation des Poilus. Durant la Première Guerre mondiale, Benjamin Rabier fait le dessin sur les camions de ravitaillement enviande pour les poilus. Il représente une vache en train de rire. Il baptise son dessin « la Wachkyrie » par allusion aux Valkyries du drame lyrique de Richard Wagner. En 1921, Léon Bel n’est plus soldat et il recherche un nom pour son fromage fondu, fabriqué dans le Jura. Il se souvient du dessin de Benjamin Rabier et lui demande de le modifier pour en faire l’image qui sera mise sur les boîtes de son fromage.

Alexandre

Note globale :

Par - 343 avis déposés - lecteur régulier

434 critiques
27/03/15
"L’ESPRIT DES BÊTES : Benjamin Rabier et l’imagerie" au Musée de l’image d'Epinal du 29 mai au 1er novembre 2015.
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir aussi notre sélection de livres d'Histoire jeunesse

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :