Ecrire un avis

Les Italiens sur le front de l’Est juillet 1941-mars 1943

Les Italiens sur le front de l’Est juillet 1941-mars 1943
Lemme117 pages
1 critique de lecteur

Avis de Octave : "Pas de Don aux Alpini pour atteindre l’Elbrouz"

L’on n’ignore généralement pas que durant la Seconde Guerre mondiale, à côté des troupes du IIIe Reich, combattirent sur le front russe, des soldats des armées finlandaises, hongroises et roumaines. On parle bien d’armées et pas de volontaires comme les Français de la LVF ou les Espagnols de la division puis de la légion Azul.

 

Nous étions nombreux, sachant ce qui s'était passé en Albanie, Grèce et Afrique du nord, à ignorer la présence de soldats italiens sur le front de l’est. Ceux-ci sont engagés à la demande express de Mussolini et avec l’accord, sans gros enthousiasme d’Hitler. Ils furent présents en Ukraine méridionale en particulier autour du Don. Ce sont en particulier des régiments de chasseurs alpins aguerris qui sont engagés, mais on compte aussi de jeunes recrues. Bien qu’ils soient assez mal commandés et bien mal ravitaillés, ces hommes contiennent les troupes russes et évitèrent l’encerclement fin janvier 1943. Ce n’est pas au moment où début septembre 1943 l’Italie signe un armistice avec les forces alliées qui ont débarqué en Sicile que ce corps d’armée latin cesse de se battre en URSS mais au tout début du printemps 1943 alors que le nombre de morts a atteint les 90 000, que les blessés sont au nombre de plus de 43 000 et que les prisonniers avoisinent le chiffre de 65 000.

 

Comme à son habitude Mussolini a plastronné lors de l’envoi de ces troupes, déclarant le 9 juillet 1941 : « Il n’y aurait pas aujourd’hui la marche sur Moscou, qui sera infailliblement victorieuse, si vingt ans auparavant il n’y avait pas eu la marche sur Rome » (page 16).

 

Beaucoup de choses sont à découvrir dans cet ouvrage comme les raisons pour lesquelles Mussolini tint vraiment à cette présence italienne en URSS, l’action des communistes italiens réfugiés à Moscou en matière de propagande en direction de leurs compatriotes mais aussi en recherche d’information sur les prisonniers de leur pays faits par les Russes, les rapports entre les populations civiles diverses (dont évidemment les juifs) et les soldats italiens... Il est notable que de nombreux livres de vétérans ou d’historiens italiens, sans compter quelques films, ont raconté outre-alpes ce qui, Guerre froide aidant, fut parfois présentée comme une épopée.  L’iconographie de l’ouvrage a un intérêt très remarquable.           

idé cadeau

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Octave

Note globale :

Par - 422 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :