Ecrire un avis

Ces excellents Français: Une famille juive sous l’Occupation

Ces excellents Français: Une famille juive sous l’Occupation
La Nuée bleue 371 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Survivre sous l’Occupation"

Anne Wachsmann raconte ici, à partir de documents épistolaires familiaux éclairés par des recherches personnelles, la vie sous l’Occupation de son grand-père paternel ainsi que de six autres personnages dont son père, ses oncles et tantes du côté maternel.  

 

Le grand-père et le père de l’auteur étaient avocats, mais le récit commence avec la déclaration de la Seconde Guerre mondiale alors que le père aura sous peu quatre ans. Le grand-père était arrivé à l’âge d’un an en Alsace car il avait vu le jour en 1904 à Auschwitz (alors peuple de 5 000 juifs, soit la moitié de la population) en Pologne sous domination autrichienne et avait épousé une native de Strasbourg de sept ans sa cadette. L’ensemble de la famille avait des origines juives. Les juifs alsaciens-lorrains d’ailleurs furent expulsés vers la France à l’été 1940 puis en avril 1941.

 

 

Dans le mois de septembre 1939 toutes les communes alsaciennes assez proches de la frontière (fluviale ou terrestre) voient leur population dirigée vers un département de l’intérieur ; les Strasbourgeois se retrouvent en Dordogne.  Le grand-père, craignant la guerre, avait prévu dès 1938 de louer une villa dans la ville thermale bourbonnaise de Néri-les-Bains, près de Montluçon, et c’est là qu’une partie de la famille passe l’ensemble de la guerre.

 

Le récit nous conduit également à Lyon, Grenoble, Marseille, Toulouse, Agen ainsi qu’en Dordogne, dans la Creuse et dans le Puy-de-Dôme. Pour ce dernier département, c’est d’ailleurs l’occasion de rappeler que l’université de Strasbourg y est repliée durant tout le conflit. Si cette époque ne fut pas sans d’énormes dangers pour toute sa famille, ses membres survécurent au conflit grâce assez souvent à des faux papiers. Pour des raisons bien éclairées, en confectionner était assez facile à l’époque ; ajoutons personnellement que jusqu’en avril 1945, par décision portée au Journal officiel en date du 30 mars 1945, mentionner le décès sur l’acte de naissance n’est pas obligatoire, ce qui permet de revêtir l’identité de quelqu’un de mort. 

 

L’ouvrage ne manque pas de susciter des surprises et la première est de découvrir page 27 la parodie que fit Pierre Dac, sur les ondes de Radio-Londres de la chanson de Maurice Chevalier qui a inspiré le titre de cet ouvrage, à savoir Ces excellents Français. On relève une histoire drôle racontée en Alsace, au sujet de la germanisation des noms de famille ; né Lagarde avant 1870, un homme se voit nommé Wache dans les années 1870, puis au retour de sa région à la France il devient Vache, en 1941 il est connu comme Kuh et on lui prédit de se voir attribuer le nom Cul lorsque l’Alsace redeviendra française. Ajoutons personnellement qu’à Mulhouse, la rue du Sauvage, principale artère de la cité, devint durant quelques jours Adolf-Hitler-Straße, les Allemands s’apercevant assez rapidement de leur bévue. L'auteure revient ponctuellement sur certains faits se déroulant en Alsace et entre autre sur le double-jeu d'un des responsables de l'hôpital de Strasbourg.

 

L’ouvrage est très largement illustré par de nombreuses cartes postales (recto et verso) en particulier, de plus on a des documents sensibles comme ce recensement des juifs pour le Lot-et-Garonne et les communes de Gironde en zone non occupée de l’été 1941, ou ce tableau d'honneur où on voit le jeune Wachsmann recevoir un prix de chant pour son interprétation de Maréchal nous voilà, ou cette lettre du Directeur général de la Légion, provenant de Vichy et datée du 7 février 1942 (copie non signée, elle a selon nous comme auteur soit François Valensi, soit Joseph Darnand) dénonçant une forte présence juive à Néri-les-Bains ou cette photo à Grenoble dans le jardin de la résidence d’une partie de la famille, bâtiment qui deviendra le siège de la Gestapo suite au remplacement des Italiens par les Allemands en septembre 1943.

 

Anne Wachsmann cite, en appui à ses dires, les témoignages de certaines personnes connues comme celui de l’historien Jean-Jacques Becker scolarisé comme un jeune de la famille au lycée Champollion de Grenoble ou Anne Sinclair. Celle-ci, née en 1948, fut l’épouse ou compagne successive d’Ivan Levaï, Dominique Strauss-Kahn et Pierre Nora qui passa l’essentiel de la guerre dans un collège à Villard-de-Lans, elle évoque en particulier son grand-père Paul Rosenberg marchand d'art.   

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Adam Craponne

Note globale :

Par - 690 avis déposés - lecteur régulier

340 critiques
04/10/20
3 octobre 1940
Premier statut des Juifs
https://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=19401003&ID_dossier=349
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :