Ecrire un avis

Marx Dormoy

Marx Dormoy
Créer256 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Pas seulement pour les natifs de l'Allier et en tout cas pas pour les aliénés"

Marx Dormoy est un parlementaire socialiste de l'Allier de l'Entre-deux-guerres, un département qui se dit avoir élu à Commentry la première municipalité socialiste du monde. L'histoire locale a retenu son rôle d'action à Montluçon, ville dont il est maire de 1926 à 1940, à la suite (toutefois interrompue de quelques années) de son père et de son oncle (eux-mêmes également socialistes). « À l'époque de la naissance de Marx Dormoy, aux environs de 1888, Montluçon était une ville essentiellement industrielle et ouvrière. L’industrialisation s’était développée surtout à partir de 1840, avec l’installation de deux grands établissements métallurgiques : les Hauts-Fourneaux (1842), et Saint- Jacques (1845) qui embauchèrent plusieurs milliers d’ouvriers en quelques années. On sait le rôle capital qu’a joué le canal de Berry dans l’implantation à Montluçon de la métallurgie lourde. C’est le canal qui permettait de faire venir du Berry voisin le minerai de fer, le sable, la castine. C’est le canal qui acheminait le charbon des mines de Commentry en direction des départements du Cher et de la Nièvre, une partie étant utilisée sur place par la sidérurgie montluçonnaise. Le charbon de Commentry était amené jusqu’au canal, d’abord par des tombereaux attelés à des chevaux, puis par un chemin de fer à voie étroite qu’on appelait le "chemin de fer à ficelle" et qui fonctionna à partir de 1846. Le trafic du canal ne cessa de croître pour atteindre en 1902, les 360 000 tonnes de marchandises ».

Présent dans la compétition électorale pour la première fois lors des législatives de fin 1919, sur un liste SFIO où de grandes dissensions existent entre pro-bolchevik et hostiles aux idées communistes (il fait partie de ceux-là), il est battu comme tous les représentants de sa liste. En effet en 1919 on a abandonné le scrutin d'arrondissement pour des élections de listes dans le cadre départemental. Toutefois lorsqu'un candidat d'une quelconque liste a obtenu plus de 50% des voix il est élu. Sauf lorsque le panachage joue à la marge, on a avec deux listes, comme c'est le cas dans le Bourbonnais, une forte probabilité de voir tous les membres élus d'une même liste. La liste qui dans l'Allier, allant de la droite aux radicaux, remporte une moyenne de 49 000 voix alors que la liste socialiste en recueille en moyenne 37 500 suffrages. Dans l'Allier, comme dans le Limousin et le Var, le radicalisme ne peut plus espérer d'élus dans l'Entre-deux-guerres qu'avec l'apport plus ou moins important des suffrages d'électeurs de droite. Lucien Lamoureux, député radical de l'Allier de 1919 à 1940 est dans ce cas, il est un soutien de Poincaré et marque son hostilité au Front populaire, dont son parti est pourtant au départ un des moteurs.

Outre de suivre l'action locale de Marx Dormoy, l'ouvrage sert à rappeler que ce dernier devint Ministre de l'Intérieur après le suicide de Roger Salengro. Ceci l'amène à gérer le drame de Clichy, où la police tire sur des manifestants de gauche, suite à des provocations mais aussi la révocation de Jacques Doriot comme maire de Saint-Denis, la lutte conte la Cagoule, la présence massive de réfugiés (venant en particulier d'Allemagne, Italie et Espagne) et la question de l'aide clandestine aux républicains d'outre-Pyrénées. Le 10 juillet 1940, Marx Dormoy est l'un des quatre-vingt parlementaires à refuser sa confiance au maréchal Pétain. Juste un an après, il est victime d'un attentat à Montélimar où le gouvernement de Vichy l'a assigné à résidence. Les cagoulards se sont vengés. Trois ans plus tard ce sont, ses collègues de la Chambre des députés, Jean Zay et Georges Mandel qui meurent assassinés. André Touret détaille, en de courts chapitres de 3 à 7 pages, les points qu'il désire traiter. Le contenu est très clair, l'illustration couvre environ 10% de la surface et les documents présentés sont de bonne taille.

Pour connaisseurs Quelques illustrations

Adam Craponne

Note globale :

Par - 616 avis déposés - lecteur régulier

330 critiques
19/12/16
ANNIE MOURRAILLE, ACTRICE DE THÉÂTRE ET COMPLICE DE L’ASSASSINAT DE MARX DORMOY
https://vudubourbonnais.wordpress.com/author/vudubourbonnais/
616 critiques
07/09/17
Il y a 75 ans, le 3 septembre 1942, le départ vers Drancy puis Auschwitz de 143 juifs étrangers regroupés à Montluçon reste un épisode méconnu de l’histoire de la ville
http://www.lamontagne.fr/montlucon/armee-conflit/2017/09/03/143-juifs-etrangers-rafles-en-auvergne-montent-dans-le-train-pour-drancy-et-la-mort_12534943.html
http://www.lamontagne.fr/montlucon/armee-conflit/2017/09/03/le-voile-se-leve-52-ans-plus-tard_12534989.html
230 critiques
29/11/17
LE RELAIS DE L’EMPEREUR (MONTÉLIMAR), DANS LEQUEL FUT ASSASSINÉ MARX DORMOY, MENACÉ DE DESTRUCTION
https://vudubourbonnais.wordpress.com/2017/09/28/lieu-de-memoire-le-relais-de-lempereur-montelimar-dans-lequel-fut-assassine-marx-dormoy-menace-de-destruction/
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :