Ecrire un avis

Prisonniers d’État sous Vichy

Prisonniers d’État sous Vichy
Perrin429 pages
1 critique de lecteur

Avis de Octave : "Le Maréchal poursuit de sa haine sept personnages clés"

En fait, comme l’indique le bas de la page de couverture, il s’agit d’évoquer les conditions de détention durant L’Occupation de Léon Blum,  Georges Mandel, Jean Zay, Édouard Daladier, Guy La Chambre, Paul Reynaud et le général Gamelin. Notons que les trois premiers ont d’au moins un parent d’origine juive.

Certains (Blum, Daladier, Gamelin, La Chambre) furent l’objet d’un procès inique (celui de Riom) qui d’ailleurs ne fut finalement jamais terminé car Le 14 avril 1942, après vingt-quatre audiences, le procès est suspendu pour un « supplément d'information » et le 21 mai 1943 l’affaire est close. Georges Mandel et Jean Zay se firent reprocher entre autre d’être parti au Maroc sur le Massilia, acte de désertion pour le gouvernement de Vichy. Le fait que le procès fut suspendu n’empêcha pas la condamnation de plusieurs d’entre eux. Mandel et Paul Reynaud tombèrent dans les mains des Allemands qui  organisèrent un coup de main sur le fort du Portalet où ils étaient incarcérés au moment de l’invasion de la zone sud fin 1942. Il en fut de même pour Gamelin, Daladier et Blum qui eux étaient à Bourrassol.   

Notons que Mandel fut assassiné par un truand français sur ordre des Allemands après que ces derniers l’aient renvoyé en France, Laval très réellement affecté (Mandel avait été son ami dans les années de l’Entre-deux-guerres) réussit à faire annuler l’assassinat de Blum et Reynaud programmés par les Allemands. Jean Zay fut une victime de la Milice mais pas en représailles du meurtre d’Henriot puisque celui-ci meurt huit jours après lui.  Toutefois ces derniers évènements ne sont pas le sujet du livre qui est centré sur les procès et les conditions d’incarcération des personnes choisies.

Notons que l’auteur termine en évoquant  les débuts du phénomène des paparazzis lors de l’incarcération au Portalet du maréchal Pétain en attente de son procès. Quant à la naissance du storytelling, Christophe Lastécouères l’approche avec le reportage que fait Paul Allard de fin avril à début mai 1941 dans le journal Le Matin sur les conditions d’incarcération de Léon Blum au moment du procès de Riom.    

 

Pour tous publics Quelques illustrations

Octave

Note globale :

Par - 439 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :