Ecrire un avis

Les Bouches-du-Rhône dans la guerre 1939-1945

Les Bouches-du-Rhône dans la guerre 1939-1945
De Borée374 pages
1 critique de lecteur

Avis de Benjamin : "Et les cagoles dans tout ça? Elles étaient très empéguées"

Certes on ne peut demander à l’auteur de tout savoir mais sans être du tout spécialiste ni de la Résistance ni des l’histoire des Bouches-du-Rhône, on peut regretter que ne soit pas signalé que le célèbre poème La rose et le réséda paraît le 1er mars 1943 dans Le Mot d’ordre, un journal marseillais  dirigé par Louis-Oscar Frossard et Félix Gounin. Rappelons que les vers d’Aragon appellent à l'union de la Résistance :

« Celui qui croyait au ciel celui qui n’y croyait pas
Tous deux adoraient la belle prisonnière des soldats
Lequel montait à l’échelle et lequel guettait en bas ».

Par ailleurs Robert Mencherini n’a pas lu le livre d’Alain Vincenot , paru en janvier 2004 aux Éditions des Syrtes,  La France Résistante Histoires de Héros ordinaires ; s’il l’avait fait il aurait pu nous évoquer certains aspects de la Résistance à Port-de-Bouc et en particulier l’épisode où il s’en fallut de peu pour que le maire ne soit fusillé par les Allemands. Je doute également que beaucoup de lecteurs puissent comprendre seuls pourquoi cinq cent travailleurs indochinois sont hospitalisés début 1944 à l’hôpital marseillais Le Dantec (voir à ce sujet http://www.histoire-immigration.fr/des-dossiers-thematiques-sur-l-histoire-de-l-immigration/les-travailleurs-indochinois-en-france-pendant-la-seconde-guerre-mondia).  

D’autre part nombre de lecteurs auraient bien aimé trouvé dans l’index des noms de personnes (il y a aussi un index des lieux) à "Jean Moulin" la page 144 pour apprendre que Jean Moulin a été parachuté sur la commune de Mouriès dans la nuit qui permettait de passer de 1941 à 1942 (d’autant qu’un monument rappelant cela est situé à Salon-de-Provence). On découvre aussi des choses inattendues comme le fait que Léon Jouhaux de la CGT est réfugié à Cabriès d’août à décembre 1941, mois où il se fait arrêter. On approche des évènements connus dans l'ensemble de l'hexagone comme les rafles de juifs étrangers, ils prennent une coloration particulière (on pense en particulier au camp des Milles où furent internés des antinazis notoirement connus).

D’après ce que l’on croit comprendre dans son introduction, cet ouvrage constitue la synthèse de quatre volumes parus de cet auteur chez Syllepse (traitant plus largement la période 1930 à 1950 de l’histoire de ce département provençal). Il y a ici un gros travail sur archives et de lecture d’études ; de plus les illustrations d’une taille assez raisonnable pour être analysées de façon personnelle par le lecteur sont au nombre d’une cinquantaine. Le comble de l’insolite pourrait revenir au santon de Philippe Pétain (page 71).

Le Parti populaire français de Doriot avait déjà avant 1939 une solide implantation due à la figure de Simon Sabiani, passé comme Doriot du communisme au fascisme. De plus dans le milieu des années 1930 la pègre et Simon Sabiani entretenaient des relations assez étroites. À ce propos on aurait aimé trouver un mot sur les frères Guérini qui choisirent pour l’un le camp de la Résistance et pour l’autre les trafics avec les Allemands, non plus rien sur Robert Blémant qui fut un des acteurs du retournement d’une partie de la pègre.

L’ouvrage compte douze chapitres : Du pacte germano-soviétique à la défaite août 1939-juin 1940), Le gouvernement de Vichy et les prolégomènes de la Révolution nationale dans les Bouches-du-Rhône (été 1940-décembre 1940), Le temps de la Révolution national et de la collaboration d’État (janvier 1941-novembre 1942), Refuge et exil, dissidences et Résistances : une levée précoce (1940-été 1942), Les mouvements, les réseaux et leur action (1940-été 1942), Le dernier automne de la zone libre (septembre-novembre 1942) Le temps des occupations, Le régime de Vichy et la population dans les Bouches-du-Rhône après l’Occupation (1942-1944), Résister sous l’Occupation (novembre 1942-juin 1944), Les nouvelles formes d’action et l'unification de la Résistance, La libération des Bouches-du-Rhône, des débarquements jusqu’au rappel de Raymond Aubrac à Paris (juin 1944-janvier 1945), L’année 1945 au rythme de la refondation républicaine, des élections et de la paix retrouvée.      

Pour tous publics Quelques illustrations

Benjamin

Note globale :

Par - 307 avis déposés - lecteur régulier

239 critiques
22/10/16
Saison 7 d’Un village français, la saga historique de France 3 diffusée à partir du mardi 25 octobre
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :