Ecrire un avis

Les pestiférés

Les pestiférés
Grand angle/Bamboo136 pages
1 critique de lecteur

Avis de Xirong : "Face à la peste de 1709 des édiles marseillaises aussi menteurs qu’un Xi Jiping face au corinavirus"

Le volume du Temps des amours de Marcel Pagnol proposait également un récit Les prestiférés qui, bien que très sérieusement avancé, n’avait pas reçu la patte finale de notre auteur provençal.  Le héros de ce récit est Maître Pancrare ; c'est un médecin qui, donné de plus comme le marquis Malaussène, est présenté comme ayant été  celui de Louis XIV au moment de son décès. Ceci relève de la fiction, car le dernier  docteur du Roi Soleil s’appelait Guy-Crescent Fagon.  

En effet l’action, comme il me semble ne pas avoir été précisé, démarre en 1719 année où le peste frappe à Marseille (et va d’ailleurs s’étendre à une partie de la Provence). Les habitants d’un petit quartier en hauteur  arrivent, non sans mal, à s’isoler du reste de la cité, et en prenant des mesures, sous l’égide de Maître Pancrare, ne connaissent pas cette terrible maladie. Toutefois à un moment, il va leur falloir évacuer la cité phocéenne. Vers où et pour combien de temps ?

La fin de cette fiction est largement marquée par l’anticléricalisme de l’auteur, héritée toute droite de son père, un hussard noir de la République. En effet il est rappelé que Monseigneur Belsunce, évêque de Marseille, aurait d’abord salué l’arrivée de la peste, en disant que ce fléau ne toucherait que les brebis galeuses de la cité et épargnerait les bons chrétiens. D’autre part un curé est à l’origine de la fin tragique de cette petite société aux idées utopistes.

La postface est une réflexion sur les idées politiques de Marcel Pagnol, o en retiendra : « Et cette fin change tout ! On croyait jusqu'ici qu'il s'agissait d'une simple fable historique, on découvre à la fin que tout n'y était que prétexte à un véritable manifeste politique. Un nouveau contrat social qui voit l'éclosion d'une société alternative, un Etat naturel, peuplé de zadistes avant l'heure... Mais la peste soit de l’homme qui parviendra à réduire à néant cette tentative de se passer des secours de l’argent et de la religion, là où ce mal du diable lui-même y avait échoué ».  Le graphisme surprend au départ mais il porte bientôt de façon éclatante les conséquences de la peste sur les Marseillais.    

idé cadeau

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Xirong

Note globale :

Par - 501 avis déposés - lecteur régulier

372 critiques
07/05/20
The great plague that struck the southern French city of Marseille between 1720 and 1722 killed an estimated 100,000 people.
https://theconversation.com/medieval-europes-waves-of-plague-also-required-an-economic-action-plan-136084
5 critiques
07/07/20
En 1911, une épidémie de peste a balayé la Chine
https://www.urban-fusions.fr/2020/04/19/en-1911-une-autre-epidemie-a-balaye-la-chine-cette-fois-le-monde-sest-reuni/
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :