Ecrire un avis

14-18, 2 Les chemins de l’enfer petit soldat (septembre 1914)

14-18, 2 Les chemins de l’enfer petit soldat (septembre 1914)
Delcourt 48 pages
1 critique de lecteur

Avis de Xirong : "Une série sur 14-18 qui pèse 10 tomes"

Si l'arrivée du tome 1 a suivi de peu le centenaire de la mobilisation, le tome 2 de la série "14-18" chez Delcourt est paru dans les jours qui suivaient le 11 novembre 2014, les volumes 3 et 4 seront disponibles en 2015 et les autres s’échelonneront entre 2016 et 2018. Dans un village français, entouré de collines et où les toits sont en ardoise, l’action se place au printemps 1919 au départ de ce second volume.

Pierre, revenu de la Grande Guerre sans marque apparente de mutilation, brûle les dessins de Maurice, son camarade de combat un peu artiste. Dans cette série, au moins jusqu’à son décès (qui devrait être tardif), un des moyens de nous faire mieux passer l’univers des poilus est de reproduire ce que Maurice est censé croquer. Voilà un reporter de guerre qui a accès à des informations (y compris un peu technique autour des armements) de façon directe et en continu. Le dessin est d’ailleurs très fouillé sur l’ensemble de l’album, les personnages sont des physiques et un visage très réalistes, les couleurs renvoient à un univers lumineux pour ce qui est du village et à un côté plus sombre dans les moments où nous suivons les soldats.

Dans le premier volume, on a vécu les derniers jours de juillet dans l’insouciance et les villageois ont été surpris par le tocsin en pleine fête de village le samedi premier août 1914 vers 16 heures. Les premières pages de "14-18, 2 Les chemins de l’enfer petit soldat (septembre 1914)" servent à porter le devenir au moment de la Première bataille de la Marne de quinze personnages principaux, à savoir huit ruraux aux métiers assez différents (pas d’instituteur d’ailleurs, mais un étudiant) et donc de classes sociales diverses (un hobereau est dans le lot). L’un étant célibataire, ce sont sept femmes ou fiancées qui leur sont associées. Le scénariste Corbeyran a donc vu les choses en grand avec quinze personnages clés. L’on sait déjà que Louis, un paysan avec deux enfants, reviendra à la fois sérieusement obusé (choc traumatique, avec délire) et gueule cassé (blessé de la face, dont le visage est totalement déformé) puisque les trois premières pages se déroulent à Paris en février 1919 à un moment où son épouse Bernadette l’emmène voir une nouvelle fois un médecin de chirurgie esthétique qui le suit. Le contenu de la série "14-18" se révèle intéressant du point de vue psychologique. On devine d'ailleurs qui devrait devenir mutin et on sait du premier volume que Louis reviendra à la fois sérieusement obusé (choc traumatique, avec délire) et gueule cassée. Sont détaillées à la fois les conditions de vie des soldats (dont leur rapport conflictuel avec les populations des villages où se déroulent les combats) et la vie dans un village de l’arrière.

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations Plan autre

Xirong

Note globale :

Par - 431 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :