Ecrire un avis

Louise de Bettignies

Louise de Bettignies
Tallandier223 pages
1 critique de lecteur

Avis de Octave : "Louise de Bettignies : l’autre Jeanne d’Arc au service des Anglais"

Louise de Bettignies fut pendant la Première Guerre mondiale un agent secret de nationalité française qui espionna pour le compte de l’armée britannique et aida à la fuite de soldats alliés lors des mois de la guerre de mouvement. Son réseau Alice, fournit des renseignements de grande valeur à l’Intelligence Service. Arrêtée par les Allemands en octobre 1915, condamnée à mort, sa peine fut commuée en travaux forcés.

Louise de Bettignies appartient à la mémoire collective de la région Nord-Pas-de-Calais. Un petit musée est implanté dans sa maison natale, rue Louise de Bettignies (anciennement rue de Condé) à Saint-Amand-les-Eaux, depuis 2008. En 2010, pour le cent-trentième anniversaire de sa naissance, le musée propose une représentation théâtrale de la pièce (en trois actes et avec 9 personnages) de Pierre Dumaine et Marcel Dubois (prix Capuran de l’Académie Française en 1935) par la compagnie L’Eléphant dans le Boa. Un film Sœurs d’armes lui est consacré, Jeanne Sully de la Comédie française y joue son rôle ; sa sortie en 1938 fut une belle occasion de manifestation d’hostilité au Front populaire, ceci avec le désaccord de la famille de Louise de Bettignies. Cet ouvrage dresse un beau portrait d’une des résistantes authentiques à la présence allemande dans le Nord de la France et la Belgique.

Elle travaille pour les services secrets anglais, craignant à juste titre l’amateurisme du service d’espionnage français. C’est l’ensemble du réseau qui est décrit, ses actions sont détaillées, ses chemins pour faire passer des informations à travers la Belgique occupée en les faisant passer par la frontière néerlandaise sont bien exposées. Arrêtée par les Allemands en octobre 1915, Louise de Bettignies fait trois ans de forteresse en Allemagne ; elle meurt le 27 septembre 1918 du fait des très mauvaises conditions dans lesquelles elle est incarcérée, subissant le cachot pour s’être opposée à la fabrication de matériel à destination des armées allemandes. Le 4 mars 1920, Mgr Charost évêque de Lille, dans son homélie lors des funérailles religieuses lors du retour du corps de Louise de Bettignies en France déclare : « Aux époques de la grande pitié nationale, des femmes ont toujours surgi comme Jeanne d’Arc ou Louise de Bettignies. C’est la même volonté invincible pour repousser les menaces et accepter le martyr ». La jeunesse de l’héroïne nous est bien connue, elle y gagne la parfaite connaissance de l’anglais et de l’allemand.

Par contre on regrette que ne soient pas expliquées les circonstances dans lesquelles cette famille de la noblesse du Hainaut (originaire de la campagne autour de Mons) quitte Tournai en 1818 pour s’installer à Saint-Amand-les-Eaux. Devenus industriels dans la faïencerie et la porcelaine, leur entreprise souffre des gros frais de douane qui touchent les produits allant du royaume des Pays-Bas (la Belgique est alors sous l’autorité des princes d’Orange) vers la France. Une partie de la famille installe donc une production en France de même qualité que celle qu’elle réalise à Tournai. Les informations fantaisistes figurant à ce jour sur la page wikipédia qui est consacrée à Louise de Bettignies, ne sont pas réfutées par l’auteur de ce livre, aussi il est bon de dire que les hypothèses liées à son arrestation sont totalement farfelues sur l’encyclopédie électronique. Chantal Antier a repris nombre d’informations contenues dans un ouvrage paru dans l’Entre-deux-guerres (La Guerre des femmes : Histoire de Louise de Bettignies), elle a toutefois enrichi son récit en allant à la recherche d’informations confiées par la famille actuelle de l’héroïne.

Octave

Note globale :

Par - 371 avis déposés - lecteur régulier

208 critiques
06/11/15
371 critiques
10/10/18
Il y a 100 ans, l’espionne Louise de Bettignies, la « Jeanne d’Arc du Nord », périssait en Allemagne.
https://www.20minutes.fr/lille/2343627-20180927-lille-espionne-dont-ville-celebre-centenaire-mort
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :