Ecrire un avis

Alexandre Jacob: journal d’un anarchiste cambrioleur

Alexandre Jacob: journal d’un anarchiste cambrioleur
Sarbacane 160 pages
1 critique de lecteur

Avis de Xirong : "Le cambriolage au rythme du travail en usine"

Alexandre Jacob  inspira vraisemblablement à Maurice Leblanc, le personnage d’Arsène Lupin. C’est par son procès à Amiens en mars 1905 que le récit ouvre. Alexandre Jacob avait tenté à Pont-Rémy (près d’Abbeville, dans la Somme), deux ans plus tôt un cambriolage qui avait foiré.

Cette biographie dessinée d’Alexandre Jacob rappelle qu’une des orientations d’anarchistes français fut la pratique de la reprise individuelle. Le but est d’obtenir, par le vol de bourgeois, une redistribution des richesses des riches vers les pauvres. On attribue à Alexandre Jacob environ cinq cent cambriolages, entre 1900 et 1903, uniquement chez des rentiers et des ecclésiastiques. Ce dernier se professionnalise avec sa bande dans l’ouverture des coffres-forts, et se spécialise en théoricien d’un anarchisme radical.

Alexandre Jacob est né à Marseille en 1879, d’un couple de boulangers. Il a sillonné les mers dans sa jeunesse. Heureusement non accusé de meurtre, il échappe à la guillotine et arrive au bagne de Cayenne le 13 janvier 1906 sous le numéro 34777. Il tente de s'évader dix-huit fois ; sur ses 18 ans de bagne, il en passe 11 en cellule. Il rencontre Albert Londres pour son enquête sur le bagne. Grâce à une campagne de presse, il est autorisé à rentrer en métropole en 1928 (libéré de leur peine, les bagnards n'étaient pas de retour dans l'hexagone avant plusieurs années) et passe une grande partie de sa vie dans un village de l’extrême-sud de l’Indre-et-Loire.

Ce Journal d’un anarchiste cambrioleur rend une image joyeusement anarchiste d’Alexandre Jacob. On y rencontre des figures historiques du mouvement anarchiste, comme Sébastien Faure qui  lança le 16 novembre 1895 l’hebdomadaire Le Libertaire et Louis Matha qui fut le premier gérant de ce même journal. Le récit se clôt avec le départ depuis Saint-Martin-de-Ré vers la Guyane. Le dessin de Gaël Henry est nerveux et caricatural, le graphisme est en noir et blanc ce qui renforce le côté Belle Époque de l’atmosphère.

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Xirong

Note globale :

Par - 401 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :