Ecrire un avis

Quai des luttes

Quai des luttes
Pôle nord386 pages
1 critique de lecteur

Avis de Octave : "Le Tigre, comme le chat, n’est pas heureux avec la flotte"

Lors du premier chapitre, un homme blessé sur un radeau est repêché durant le printemps 1918 non loin du Crotoy, une ville portuaire en baie de Somme. On apprendra plus tard qu’il s’agit de Rémi, frère de France qui,  âgée de presque vingt-cinq ans, est ouvrière à Paris. Celui-ci s’est caché dans les marais pour refuser d’être incorporé dans l’armée ; il pourrait avoir été touché par des gendarmes. Il avait rencontré Li le jeunes Chinois du récit du Planqué des huttes, un ouvrage paru chez le même éditeur (voirhttp://www.polenordeditions.fr/catalogue/le-planque-des-huttes/).  Le récit de Quai des luttes n’oublie pas d’évoquer ces travailleurs chinois embauchés ici par l’armée anglais et plus à l’est par l’armée française. L’ouvrage rappelle que les Anglais payaient par jour 1 franc un Chinois pour un travail qui aurait valu 3 francs à une femme et 5 à un homme.

Rémi, à la suite d’un concours de circonstances, va endosser l’identité de Narcisse Féron, un ancien de l’Assistance publique qui s’était retrouvé en permission (pour risque de paludisme) alors qu’il était soutier sur le Waldeck-Rousseau. Rémi embarque à Marseille, sur un cargo à destination des Balkans, et apprend pendant la traversée les rudiments du métier de mécanicien ; c’est au Pirée qu’il rejoint le Waldeck-Rousseau.

Sa mère Victoire était déjà privé de son frère, un militant libertaire envoyé au bagne pour un crime qu’il n’avait pas commis. Les autres enfants de Victoire se nommaient donc France et Jeanne qui désire être institutrice et est encore scolarisée. France rencontre un certain Émile  (le lecteur érudit peut déjà deviner qu’il doit s’agir d'Émile Cottin) né dans une famille ouvrière de Compiègne.  On notera que, dans une note page 30, apparaissent les noms d’Hélène Brion et Louise Bodin, deux femmes fers de lance (sic) du pacifisme durant la Grande Guerre, et déjà à la Belle Époque militantes féministes. Par ailleurs le journaliste Albert Londres, devenu correspondant de guerre, nous est évoqué ; sa rencontre avec Rémi (dont l’oncle est au bagne) l’incite à enquêter sur cette institution en Guyane.   

Cette image en rapport avec la tentative d'assassinat de Clemenceau n'est pas dans l'ouvrage

Lors d’une réunion militants anarchistes, un homme invite à tuer Clemenceau et France semble vouloir mener cette tâche afin d’hâter la fin de la guerre (page 59). Elle rencontre un peu plus tard Louis qui a clairement cet objectif en tête (page 77). Le portrait de Clemenceau, réalisé pages 102 et 103 par le narrateur, est très acide... Les quelques pages suivantes permettent de voir que Clemenceau se préoccupe sérieusement de la situation en Russie dès son arrivée au pouvoir.

L’ouvrage ne le dit pas mais le 23 décembre 1917, lendemain du début de la Conférence de Brest- Litovsk, des représentants de la France et de la Grande-Bretagne se réunissent à Paris et envisagent une intervention ultérieure en Russie contre les bolchéviks. Dès le 27 octobre 1918, alors que l’armistice avec l’Autriche-Hongrie est signé le 3 novembre, les troupes françaises en Roumanie se dirigent vers la Moldavie, province russe depuis 1814. Fin décembre de la même année, les poilus débarquent à Odessa puis Sébastopol.

On suit aussi ponctuellement Joseph Kessel, fils de Samuel Kessel un médecin juif originaire de Lituanie, lui chemine vers Vladivostok où les Japonais ont débarqué en grand nombre pour soutenir (au moins officiellement) les armées blanches.  Cet ouvrage n’a pas pour moindre qualité de présenter la situation en Russie de fin 1917 à fin 1919, évoquant au passage trois atamans dans deux camps opposés ; notre premier cosaque Grigoriev avaIt rejoint l’Armée rouge et fait la reconquête d’Odessa sur les Français tandis que le second Kalmykov et le troisième Semenov sont parmi les Blancs et agissent aux frontières du tout nouvel état mongol et de la Mandchourie. Le périple de la Légion tchécoslovaque trouve aussi sa place dans ce cadre.

Pour tous publics Aucune illustration

Octave

Note globale :

Par - 390 avis déposés - lecteur régulier

292 critiques
03/12/16
L'attentat contre Clemenceau rapporté à l'époque par le Figaro
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k292054b/f1.textePage.langFR
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :