Ecrire un avis

Le baron fou,1

Le baron fou,1
Glénat48 pages
1 critique de lecteur

Avis de Xirong : "Un Russe rouge, fort comme un Turc et jaune de peur devant les Mongols d’un Russe blanc, reste gris quand il est saoul comme un Polonais"

Si les Mongols apparaissent dans la BD, c’est autour de Gengis Kahn ou de ses immédiats descendants (voir par exemple les tomes 7 à 10 du "Vent des dieux") qu’ils sont présents quand ce n’est pas avec un conquérant du XXe ou XXIe siècle (genre maître du monde en puissance) comme la série "Gipsy" de Marini et Smolderen ou dans une dimension fantastique comme "Le Sceptre de Muiredeagh"  de Sergio Toppi.

On voit là très peu globalement les territoires mongols, et ce serait plutôt pour l’époque 1917/1922 où la Mongolie est devenue un enjeu entre Roses blancs, Soviétiques, Chinois et indépendantistes mongols que l’on a le plus l’occasion de découvrir les paysages variés de cet espace. Ce dernier se divisant entre une Mongolie indépendante depuis décembre 1911 et une Mongolie intérieure restée chinoise. Dans "Corto Maltesse en Sibérie" d’Hugo Pratt et "L’ombre des damnés : Ungern Kahn — Mongolie 1921 " de Crisse (paru en 1987), on retrouve des personnages historiques communs avec l’album "Le baron fou,1" de Rodolphe et Faure.

En effet deux généraux blancs Von Ungern (surnommé "le Baron fou") et Grigori Semenov entendent créer en Sibérie et Mongolie un empire mongol à l’est du lac Baïkal en s’appuyant tant sur toutes les ethnies (dont les Bouriates devenus russes en 1689). Ceci avec l’appui fluctuant des Japonais qui n'ayant pas encore les moyens de s'emparer directement de parties de la Chine, entendaient en détacher de larges parties sous forme d'un état vassal, ce qu'ils firent avec la Mandchourie quelques années plus tard.

Nous suivons le récit qu’en 1954 une habitante d’un village anglais raconte à sa fille. Cette dernière était un médecin anglais qui était marié à un médecin allemand que les circonstances avaient amené dans les rangs des armées blanches.    

Son récit démarre en 1920 et au cours de sa quête elle va rencontrer successivement Von Ungern et Grigori Semenov.  Les trains jouent un rôle important dans la progression de l’action, celles-ci est marquée par des combats acharnés contre divers adversaires. Peu après avoir reçu la certitude que son mari est décédé, elle assiste à la tentative de Von Ungern de reprendre aux Chinois la capitale de la Mongolie (en effet les gouvernements de la Chine n'avaient pas reconnu ce nouvel état) . Le graphisme a l’élégance des meilleures illustrations en matière de BD historique, il porte aussi les paysages hivernaux que désertiques,  dramatise avec force les situations et rend les attitudes expressives. 

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Xirong

Note globale :

Par - 460 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :