Ecrire un avis

Amandine à la cour du tsar

Amandine à la cour du tsar
Pôle nord éditions 202 pages
1 critique de lecteur

Avis de Alexandre : "Ra ra rasputin, Russia's greatest love machine"

Nous prenons, pour titre, un extrait des paroles de Rasputin, une chanson qui fut le succès de l'année 1978. L’action, de notre roman, démarre à l’été 1912 avec l’héroïne au volant d’une Renault se dirigeant vers Berck-plage. Amandine est représentante pour la maison de chocolats que son père tient à Amiens. Elle s’est mariée à Raoul Plantier de la première brigade mobile (qui deviendra une des brigades dites "du Tigre", par allusion à Clemenceau). Elle rencontre la princesse Nicolas, appelée ainsi car elle est l’épouse de Nicolas de Grèce,  le troisième fils et le quatrième enfant du roi Georges Ier de Grèce (qui décèdera en 1913 suite à un attentat anarchiste) ; cette princesse est la petite-fille du tsar Alexandre II. Ce couple vécut en Russie jusqu’à la Révolution d’octobre.

Un inconnu meurt et son physique rappelle Raspoutine, d'après ce que l'héroïne peut savoir. Elle imagine qu’il serait venu en France parce qu’il a entendu parler d’un médecin français qui pourrait, comme lui, soigner le tzarévitch souffrant d’hémophilie. À la suite de quoi, la princesse Nicolas fait inviter Amandine en Russie par la grande-duchesse Victoria Fiodorovna. Raoul Plantier lui conseille de contacter, si besoin, à Moscou le diplomate anglais Robert Hamilton Bruce Lockhart (personnage authentique qui a eu une carrière d’agent secret). Elle part accompagnée de Katarina, domestique de la princesses Nicolas, qui rentre en Russie en raison de la santé de sa mère. Elle compte en profiter pour revoir son fiancé Kolia.

Image absente de l'ouvrage

On apprend que c’est Militsa de Monténégro qui avait présenté Raspoutine au tzar. Peu après son arrivée, Amandine est victime d’un enlèvement, de la part d’anarchistes, mais elle a reçu un ange gardien à la demande de la grande-duchesse. Peu après, on lui demande de quitter la Russie. De retour à Paris, Raoul Plantier lui apprend que le noyer de Berck était Roman Bilanski, un Russe agent provocateur des services policiers de son pays.  Mais pourquoi est-il mort assassiné ?

Ce roman reconstitue bien quelques aspects de la complexité de la société de la société russe à la veille du déclenchement de la Première guerre mondiale à savoir l’action manipulatrice de sa police, le fait que les bolcheviks n'étaient pas le seul mouvement révolutionnaire, le problème de santé de l’héritier du trône et la haine de l’aristocratie envers Raspoutine.  

Pour tous publics Aucune illustration

Alexandre

Note globale :

Par - 336 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :