Ecrire un avis

Les trente « empereurs » qui ont fait la Chine

Les trente « empereurs » qui ont fait la Chine
Perrin362 pages
1 critique de lecteur

Avis de Zaynab : "Des bobos en Chine et des bobines en show"

L’auteur a choisi trente personnalités qui ont une influence importante sur la construction de l’état chinois non sans quelques maux passagers. On trouve là trois chapitres consacrés à quatre personnages soit mythiques (l’Empereur jaune et l’Empereur de jade) soit ayant influencé la pensée chinoise (Confucius et Laozi) ; Laozi et l’Empereur de jade se partagent le même chapitre.

Suivent le portrait de dix-neuf empereurs et trois impératrices. Cixi est tellement importante aux yeux de l’auteur qu’elle se voit offrir deux chapitres dont un par rapport à son attitude face à la révolte des Boxers en 1900 et un autre par rapport à l’image devenue plus positive développée aujourd’hui sur elle tant par les historiens occidentaux ou chinois que les fictions romanesques ou télévisuelles dans l'Empire du milieu.

Une des deux autres impératrices est en remontant Yang Guifei qui est la principale concubine de Xuanzong, alors qu’est morte  la dernière épouse de ce dernier (petit-fils de l’impératrice Wu Zetian). En 740 Xuanzong a près de soixante ans et il tombe amoureux d’une des femmes de l’un de ses fils, à savoir Yang Yuhuan surnommée Yang Guifei (Guìfēi a pour sens "concubine favorite". Cette dernière ne se mêle pas aux affaires d’État mais ses actions pour favoriser l’ascension des membres de sa famille et son goût pour les plaisanteries (perçues souvent comme humiliantes par ceux qui en sont victimes) débouchent sur la révolte d’An Lushan en 755, affaiblit le pouvoir impérial de façon considérable car les généraux vainqueurs d’An Lushan prennent du poids dans les affaires gouvernementales et avec la victoire des Arabes à Talas en 751, c’est tout le Turkestan qui échappe à l’emprise de l’Empire du milieu. En fait, sur une dizaine d’années, peut-être il y a plus de millions de trente millions morts, soit environ la moitié le population de l’Empire chinois de l’époque. Finalement Yang Yuhuan fut pendue, avec l’accord résigné de l'empereur, par le chef des eunuques en 756.   

Wu Zetian vécut de 624 à 705 et c’est sous son règne que se déroulent les aventures romancées du juge Ti, popularisées en Occident par Robert van Gulick. On retiendra qu’elle « a sans doute été la plus belle femme de son temps. Et certainement une des plus cruelles de l’histoire de la Chine ». Bernard Brizay montre en quoi elle tenta d’améliorer la condition des femmes. Les titres de chapitre sont alléchants et les choix très pertinents, comme on peut le voir avec "Wang Mang l’usurpateur premier communiste chinois ?" ou "Le rêve de Han Mingdi l’empereur qui accueillit le Bouddha".  

Les cinq derniers personnages étudiés relèvent DE l’ère républicaine, ce sont Sun Yat-Sen, Chiang Kai-shek, Mao Zedong, Deng Xiaoping et Xi Jinping. De Mao, il est dit ici qu’« il a eu le génie de démocratiser le crime de masse et de rendre tout le monde complice de sa folie ». Pour qui regarde la télévision chinoise, cet ouvrage permettra de mieux comprendre les feuilletons historiques où apparaissent très souvent, avec une importance variable dans l’action, la plupart des personnages évoqués ici.       

Pour connaisseurs Aucune illustration

Zaynab

Note globale :

Par - 403 avis déposés - lectrice régulière

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :