Ecrire un avis

Song Qingling: Une flamme étoilée dans la Chine du XXe siècle

Song Qingling: Une flamme étoilée dans la Chine du XXe siècle
L’Harmattan400 pages
1 critique de lecteur

Avis de Xirong : "La première aimait l'argent, la deuxième la Chine, la troisième le pouvoir"

Voilà ce que les Chinois disent à propos des trois sœurs Song. Song Qingling (ou Soong Ch'ing-ling) est la seule membre de la famille Song (ou Soong) et de la famille Sun Yat-sen (ou Sun Zhongshan) à être restée en République populaire de Chine après la prise de pouvoir des communistes. Elle épousa en 1915 Sun Yat-sen de vingt-six ans son cadet. Ce dernier venait de divorcer de Lu Muzhen dont il avait eu deux filles et un fils. Sur ces trois deux vivaient encore en 1949 et avec les deux sœurs et les trois frères de Song Qingling ils se répartirent entre Macao (alors colonie portugaise), Taiwan et les USA (certains alternant d’ailleurs leur résidence entre deux de ces trois espaces).  

Les trois soeurs Song

À travers la vie de Song Qingling, née en 1893 et morte en 1981 nous est offert de revisiter l’histoire  de la chute de la dynastie mandchou, de la difficile instauration de la République (Yuan Shikai président de 1912 à 1915 rétablit l’empire à son profit de décembre 1915 à début 1916), de l’époque des Seigneurs de la guerre, des affrontements entre les communistes et le parti nationaliste (Guomintang) maintenant dirigé par Tchang Kaï-chek (Jiang Jieshi) le beau-frère de Song Qingling, de la Guerre sino-japonaise démarrée en 1937 (mais le Japon dépèce la Chine déjà quelques années avant avec la création du Mandchoukouo) , l’effondrement du régime nationaliste entre 1947 et 1949 et les divers soubresauts de l’ère maoïste (l’épouse de Mao d’ailleurs la détestait).

Plusieurs généralités sont à relever, la première est le fait que Sun Yat-sen reçoit un financement de banquiers chinois de milieu protestant, ceci explique pourquoi Tchang Kaï-chek favorisa le développement du christianisme, allant avec sa malice habituelle jusqu’à doter son pays d’une constitution le 25 décembre afin de rendre férié ce jour où est célébré la naissance de Jésus-Christ. La seconde est que Song Qingling garda toujours d’abord un fort désir d’améliorer les conditions sociales des Chinois et en particulier des jeunes et ensuite un esprit critique tant vis-à-vis du discours que des actions du Guomintang et du Parti communiste chinois.

coup de coeur !

Pour connaisseurs Peu d'illustrations

Xirong

Note globale :

Par - 277 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :