Ecrire un avis

Protestants de l’Ouest: 1515-1907 Normandie, Bretagne, Poitou

Protestants de l’Ouest: 1515-1907 Normandie, Bretagne, Poitou
Ampelos 270 pages
1 critique de lecteur

Avis de Ernest : "Le mot "huguenot" influencé par le prénom personnel d'un chef de file réformé Hugues Besançon?"

L’ouvrage était sorti en 1993 chez Ouest-France et on se félicite de cette réédition. Nicole Vray a été, depuis les années 1970 et pendant une trentaine d’années, entre autre successivement la directrice de la Bibliothèque municipale de Saint-Brieuc et la directrice de la bibliothèque départementale des Deux-Sèvres. On sait combien dans le sud et l’ouest de ce département le protestantisme s’est maintenu malgré les dragonnades.

En 1681, la première dragonnade se produit d’ailleurs en Poitou à l’initiative de l’intendant René de Marillac, les militaires logent chez les réformés et pillent, ruinent, molestent leurs hôtes. La trêve de Ratisbonne en 1684 rend nombre de troupes disponibles, aussi 1685 sera une année marquée tant bien par l’importance des dragonnades que par la Révocation de l’édit de Nantes.  

Le plan de l’ouvrage annonce quatre parties : 1517-1598 de Martin Luther à l’édit de Nantes, 1598-1685 de l’édit de Nantes à l’édit de Fontainebleau, 1685-1787 Vers la tolérance, 1787-1907 de l’église réformée tolérée à l’église réformée institutionnelle.

Des informations précises sont apportées et ainsi nous donne-t-on le nom des descendants de familles nobles protestantes, qui s’étaient convertis juste un siècle plus tôt, devenant chefs de la contre-révolution en Vendée, à savoir Bonchamps, Sapinaud ou La Rochejaquelein.  Ceux qui connaissent au nord de Poitiers le lieu-dit la Grotte à Calvin, verront que c’est en 1534 que Calvin passe à Poitiers, où il est caché de ses poursuivants par des convertis. On aurait pu dans ce passage expliquer que le choix de seigneurs comme celui de Chouppes ou de Ternay fait qu’en Poitou ce ne sont pas seulement les villes de l’époque qui passent au protestantisme.

En Normandie, la Réforme protestante s'est implantée à partir de trois foyers principaux:  le duché d'Alençon qui était un apanage de la sœur de François Ier Marguerite de Navarre, les villes de Rouen, Dieppe et Le Havre, l'université de Caen. Le protestantisme breton, bien moins puissant que les deux autres au XVIe siècle  est constituée quasiment de trois composantes: les élites bourgeoises, le peuple urbain et la noblesse.

On apprécie l’index des noms de personnes mais on aurait aimé un index des noms de lieux. Si la bibliographie a été remise à jour au-delà de 1993, ce n’est que pour signaler les rééditions des ouvrages de Nicole Vray. Une grosse vingtaine d’illustrations dont quelques cartes sont présentes. On aurait toutefois bien aimé une carte qui montre l’ensemble des lieux de culte pour les trois provinces étudiées. Le choix d'une photographie du temple protestant de Médis en Charente-Maritime (donc en Saintonge) surprend beaucoup.

On peut aussi regretter que le cas de l’Anjou ne soit pas traité car évidemment (et heureusement) Nicole Vray ne fait pas l’impasse  sur l’académie protestante de Saumur créée en 1599.  Dans "Le réveil des cœurs : journal du frère morave Fries (1761-1762)", on a une vision de la situation du protestantisme notamment en Poitou à la veille de la Révolution de 1789.

Pour connaisseurs Quelques illustrations

Ernest

Note globale :

Par - 161 avis déposés -

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :