Ecrire un avis

La ville des tempêtes

La ville des tempêtes
HC éditions 414 pages
1 critique de lecteur

Avis de Benjamin : "1516 un rhinocéros passe à Marseille, 1596 un finaud féroce trépasse à Marseille"

Il s’agit d’un ouvrage qui permet de rappeler que Marseille fut l’avant-dernier bastion de la Ligue et ceci jusqu’en 1596. Le duc de Mercœur en renonçant en 1598 à son gouvernement de Bretagne, moyennant une importante somme d’argent, apporte à Henri IV le ralliement de la dernière province qui ne le reconnaissait pas. On voit également, à travers ce récit, que Marseille est une ville très autonome par rapport au comté de Provence (dont la capitale est à Aix) et du royaume de France.

Au nom de la Ligue, qui regroupe les catholiques refusant de reconnaître Henri IV comme souverain, le premier consul Casaulx s’est emparé du pouvoir à Marseille. Il en chasse d’ailleurs tous ceux qui le gêne. Casaulx reçoit le soutien de Louis d'Aix viguier de Marseille et ces deux personnages sont surnommés les duumvirs. La république de Gênes, le duc de Toscane, le duc de Savoie et le roi d’Espagne feraient bien de Marseille une tête de pont pour s’emparer de toute la Provence. Le 20 juillet 1595 Philippe II promulgue un traité dans lequel il accorde sa protection à Marseille.

Statue de Pierre de Libertat (photo absente de l'ouvrage)

C’est à Aubagne que s’organisa le complot fomenté par Geoffroy Dupré, le capitaine de la Porte Réale à savoir Pierre Libertat et Nicolas de Bausset. Sa réussite ouvrit les portes de la ville rebelle à Charles de Guise (fils du Balafré assassiné sur ordre d’Henri III) devenu gouverneur de la Provence par la grâce d’Henri IV. Casaulx est assassiné par le capitaine corse Libertat et Louis d'Aix fuit sur un bateau espagnol. Pierre Baglème, dit Pierre Libertat ne profita guère de son crime, très largement récompensé, commis à la mi-février 1596. Il mourut guère plus d’un an après et jusqu’à la Révolution, on célébra une messe pour son âme, chaque année le jour où il perpétra son crime, à la chapelle des Observantins. Casaulx fut trahi par un de ses principaux soutiens, ce qui rappelle les circonstances de l’assassinat de César.  

Le personnage du corsaire Simon Danzer est authentique même si nombre de ses actions ici relèvent de l’imaginaire. Hollandais, il sert les Régences turques d’Alger et de Tunis, dans une perspective anti-espagnole, puis la ville de Marseille dans La ville des tempêtes. Pour cela il a fallu sérieusement le vieillir puisqu’il est né entre 1577 et 1579 près de La Haye et ce n’est qu’à partir de 1606 qu’il travaille pour le compte de la cité phocéenne. Il est mort en 1611 à Tunis où venu en négociateur il fut traitreusement fait prisonnier et décapité.  

À ce fond historique, très bien maîtrisé par l’auteur et expliqué par des notes concises et claires, s’ajoute une dimension fictionnelle qui rappelle également des évènements marseillais d’avril 1585 où des protestants furent massacrés. On apprécie le plan de Marseille de l’époque, la ville s’étendait alors essentiellement du côté où se trouvent la mairie et le fort Saint-Jean et s’arrêtait en particulier à la Porte d’Aix.

Le personnage principal fictionnel est un jeune noble dont le père était dans les affaires commerciales (tant qu’un seigneur ne tenait pas boutique cela venait d’être toléré à l’époque). Prisonnier plus de dix ans des Barbaresques, il va chercher à savoir ce que sont devenus son père, sa sœur et sa fiancée de l’époque.  

Entre l’époque de Sabiani durant les années 1930 (voir Ernest Dunker et la gestapo de Marseille) et celle des Guerres de religion, ce n’est pas la première fois que Marseille tombe sous l’influence d’un mouvement populiste s’appuyant sur une volonté de quadriller la ville.    

Pour connaisseurs Aucune illustration

Benjamin

Note globale :

Par - 303 avis déposés - lecteur régulier

430 critiques
08/01/17
Mardi 4 avril 2017 L’épidémie de peste à Marseille en 1720 par M. Aubert dans le cadre de l'Université Pour Tous (Université Jean Monnet de Saint Etienne) au Château de Bouthéon.
http://www.chateau-boutheon.com/-Universite-Pour-Tous-.html
408 critiques
15/03/17
Quand l’armada de Charles Quint attaqua Tunis

http://www.webdo.tn/2017/03/14/larmada-de-charles-quint-attaqua-tunis/
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :