Ecrire un avis

Ils veulent tuer Henri IV

Ils veulent tuer Henri IV
Oskar 101 pages
1 critique de lecteur

Avis de Benjamin : "Un jour J dès 1610"

Cet ouvrage appartient à une collection intitulée "10 jours pour changer le monde" et pour la démarrer l’éditeur a choisi deux figures très emblématiques Christophe Colomb et Henri IV. En novembre sortira Il faut gagner la bataille de Verdun de Catherine Cuenca que l’on peut considérer comme la meilleure auteure de romans historiques pour la jeunesse de ce début du XXIe siècle ; elle a d’ailleurs déjà  écrit divers fictions qui ne relèvent pas majoritairement d’une dimension historique.  

Isabelle Wlodarcyk a déjà derrière elle une production en littérature de jeunesse conséquente mais ses productions dans le domaine de la fiction n’ont pas toutes une dimension historique. Dans Ils veulent tuer Henri IV, l’auteure démarre l’action, début du mois de mai 1610, par une atmosphère très mystérieuse dans laquelle on perçoit que Charlotte du Tillet et la marquise Henriette d’Entragues sont dans une église avec le père Coton pour préparer le meurtre d’Henri IV grâce à l’oiseau rare qu’ils ont trouvé à manipuler.  

Charlotte du Tillet était la femme du duc d’Épernon, ancien favori d’Henri III, il redevient gouverneur de Provence et amiral du Levant (charge attachée au gouverneur de Provence) après la mort du duc de Guise, au début de 1589 mais lorsqu’au prix de son ralliement, Charles de Guise se voit confier la charge de gouverneur de Provence (voir La ville des tempêtes), il passe dans le camp de la Ligue puis se rallie à Henri IV  après la conversion au catholicisme de ce dernier. Le duc d'Épernon sera inquiété lorsqu'il s'avèrera qu'il connaissait Ravaillac. La marquise Henriette d’Entragues fut une favorite d’Henri IV à qui il a fait deux promesses successives de mariage en 1599, alors que le roi épouse Marie de Médicis en 1600. Madame d'Escoman est un autre personnage historique, dame de compagnie d’Henriette d’Entragues qui accusera le duc et la marquise de comploter contre la vie du roi en 1609 et d'être responsables de sa mort en 1611.

Pour les personnages essentiels de fiction, on a Jean et Ondine ; au cours du récit cette dernière apprendra qu’elle est en fait une bâtarde. Au courant du complot, ils vont en vais essayer d’éviter le drame où Ravaillac est entouré de seconds couteaux, venus des Flandres, au cas où il ne s’avèrerait pas assez efficace (page 79). Ce récit-là est très bien mené et on a là la reprise de l’idée de l’historien universitaire Jean-Christian Petitfils comme quoi Ravaillac aurait été manipulé par l'archiduc des Pays-Bas espagnols (voir http://salon-litteraire.linternaute.com/fr/histoire/review/1795883-l-assassinat-d-henri-iv-de-jean-christian-petitfils-un-cluedo-historique).

Par contre on est beaucoup plus dubitatif sur la dizaine de pages d’uchronie qui portent une fin alternative  où Henri IV ne sort pas en carrosse mais à cheval, ce qui aide à lui sauver la vie. Jusque-là tout va bien, par contre l’envoi de Marie de Médicis en exil et surtout le retour d’Henri IV  au protestantisme (avec comme corolaire une France à majorité huguenote) ne nous semblent pas un bon choix. Il aurait mieux valu broder uniquement sur les conséquences de la guerre victorieuse menée par Henri IV dans les Pays-Bas et dans le duché de Juliers et celui de Clèves. Rappelons que la conflictuelle succession de ce dernier territoire se traduisit par une présence hohenzollern dès 1614 sur le Rhin.    

 

Accessible jeunesse Aucune illustration

Benjamin

Note globale :

Par - 307 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir aussi notre sélection de livres d'Histoire jeunesse

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :