Ecrire un avis

Les nouveaux Oberlé

Les nouveaux Oberlé
Marivole387 pages
1 critique de lecteur

Avis de Octave : "Et pan sur le casque à pointe!"

En fait, entre "Les nouveaux Oberlé" et "Les Oberlé", parus à un peu moins de vingt ans de différence, on change de famille et un peu de temps mais avec une intrigue sur le même modèle. Dans le premier roman paru, René Bazin situait l’action autour de 1900 dans le  village fictif d’Alsheim mais on est plutôt légèrement au sud-ouesT de Strasbourg.

Dans "Les Oberlé" une famille d’industriels alsaciens, père et fille (cette dernière est fiancée au Prussien Wilhelm Von Farnow lieutenant au 9e régiment des hussards rhénans) s’étaient ralliés à l’idée que l’Alsace resterait définitivement allemande alors que mère et fils défendait leurs racines françaises. Cela conduisait le frère à passer la ligne bleue des Vosges pour ne pas faire son service militaire comme allemand et avait pour conséquence que le bel officier refuse d’épouser la sœur d’un déserteur.   

(Cette illustration n'est pas dans le texte)

Avec "Les nouveaux Oberlé" écrit et paru en 1919, la situation géographique est bien plus précise ; on est à Masevaux au pied du Ballon d’Alsace, une commune limitrophe de celle de Rougemont restée française en 1871. Là on voit Sophie Ehrsam, veuve d’un industriel alsacien, suivre la vie de militaire de deux de ses fils. Le premier Joseph a passé la frontière française pour s’engager sous le drapeau tricolore et le second a choisi de servir dans l’armée allemande. Ceci amène ce second fils Joseph à combattre en Lituanie, toutefois devenu officier et envoyé à Reims il est choqué devant la destruction de la cathédrale (un grand classique de la propagande française durant la Grande Guerre).

« Voilà donc ce qu’ils visent ! Ces hommes, quand ils sont devant un chef-d’œuvre, ont le sentiment de l’infériorité de leur culture, et la rage les prend de détruire le témoin ». (page 314)

Début décembre 1915 il déserte donc et passe lui aussi côté français. Joseph lui a fait connaissance d’une infirmière provençale. Masevaux fait partie de la petite trentaine de communes qui des Vosges à la frontière suisses sont restées du côté français du front après la contre-offensive allemande de fin août 1914 (les Français au début du mois avaient atteint Colmar et Mulhouse). Le récit se clôt donc à la toute fin 1915 et évoque l’inquiétude d’Alsaciens patriotes que des laïcards français ne viennent troubler les conditions dans lesquelles les Alsaciens voudraient exprimer leur foi après la Victoire. N’oublions pas que René Bazin et un auteur catholique militant…

Comme pour le premier roman, avec "Les nouveaux Oberlé"  on trouve l’Alsacien Pierre Bucher comme conseiller et documentaliste auprès de René Bazin. Comme le dessinateur Hansi, ce médecin a passé la frontière à l’été 1914 et René Bazin se rencontrent de nouveau en 1915 à Réchésy, petit village situé dans le Territoire de Belfort et à la frontière entre France, Suisse et Allemagne entre 1871 et 1914. Il y dirige un centre de renseignement spécialisé dans l’analyse de la presse allemande et aux moyens de l’influencer. Pour avoir une idée de la vraie vie à Masevaux en 1915 et dans un village voisin fin 1914, lire l'excellent BD "Finnele: Le front d'Alsace" parue en 2014 chez Delcourt.                              

Pour tous publics Aucune illustration

Octave

Note globale :

Par - 438 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :