Ecrire un avis

Discours de guerre: Napoléon Bonaparte

Discours de guerre: Napoléon Bonaparte
Pierre de Taillac 213 pages
1 critique de lecteur

Avis de Octave : "Napoléon Bonaparte homme de lettres"

On commémore donc le bicentenaire de la mort de Napoléon, aussi de nouveaux ouvrages et rééditions se bousculent, autour de l’empereur des Français. C’est une douzaine d’ouvrages de Jacques-Olivier Boudon qui paraissent autour de ce personnage, chez divers éditeurs, entre janvier et avril 2021.

 

Dans son introduction, l’auteur rappelle que l’éloquence militaire est un art qu’ont su pratiquer avec aisance, dès l’Antiquité, des hommes comme Périclès ou Tacite. Napoléon Bonaparte connaît très bien les discours de César à ses troupes et ses propres textes font assez souvent référence à l’histoire militaire de Rome et il évoque des personnages comme Scipion, le vainqueur d’Hannibal.

 

Lorsque le Consulat s’impose, tous les discours de guerre commencent à être publiés dan le Moniteur universel, qui est le journal officiel des deux régimes dont Napoléon est le chef. Le contenu des discours est souvent manichéen, d’un côte il y a les armées françaises qui défendent le droit et l’ennemi perfide (surtout s’il est anglais) qui est opposé aux principes révolutionnaires dont se réclame le nouveau régime en France.

 

Dans certains textes, comme celui dit en pleine mer vers l’Égypte, il condamne les pillages qui pourraient se dessiner (page 57). Les promesses que la victoire entraînera la paix ponctuent certains discours comme celui de mai et juin 1800, avant et après la victoire de Marengo (pages 76 à 79).

 

On lira attentivement tout ce qui touche la Campagne de Russie. Dans le texte qui précède de peu le franchissement du Niemen, l’Empereur parle de l’influence funeste de la Russie depuis un demi-siècle. Si Napoléon parle de la bataille de Borodino comme celle de la Moskowa, c’est que celle-ci  permet de faire penser à Moscou. Il présente dans cette proclamation la Russie comme le pays des Tartares, de l’esclavage (allusion au servage), de la barbarie, de la corruption et des déserts glacés. Le contenu des discours tenus lors des Cent-Jours ne manque pas d’intérêt, surtout quand il s’agit de qualifier Louis XVIII et son régime et certains de ses maréchaux (tels Marmont et Augereau) qu’il accuse de l’avoir trahi en 1814.          

 

On a là une cinquantaine de proclamations, depuis une première proclamation à l’Armée d’Italie à Nice en mars 1796 jusqu’à la Proclamation  de la Malmaison, un adieu à son armée que cette dernière n’eut pas le loisir de connaître fin juin 1815 puisque ce texte fut interdit de publication. Il est vrai qu’il contient notamment ceci : « Soldats, encore quelques efforts et la coalition est dissoute. Napoléon vous reconnaîtra aux coups que vous allez porter. Sauvez l’honneur, l’indépendance des Français ; soyez jusqu’à la fin tels que je vous ai connus depuis vingt ans, et vous serez invincibles » (page 191).

Pour tous publics Aucune illustration

Octave

Note globale :

Par - 450 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :