Ecrire un avis

Iéna et Auerstedt: La Prusse humiliée (14 octobre 1806)

Iéna et Auerstedt: La Prusse humiliée (14 octobre 1806)
Economica2019 pages
1 critique de lecteur

Avis de Alexandre : "Le pont d’Iéna à Paris, par le tsar Alexandre et Talleyrand, sauvé de sa destruction voulue par Blücher en 1815"

Napoléon fit trois erreurs, les deux premières sont très connues à savoir aller en Russie, la deuxième s’embourber en Espagne et la troisième fut de croire que la Prusse ne se relèverait pas après les victoires d’Iéna et Auerstedt. Frédéric-Guillaume III avait pour épouse la reine Louise de Mecklembourg-Strelitz  qui fit beaucoup pour rompre la paix la France et on la vit même apparaître en tenue de colonel lors des combats à Iéna.

Napoléon défait les troupes prussiennes entre le 10 et le 17 octobre 1806 sur les champs de bataille de Saafeld, Iéna et Auerstädt. Frédéric Naulet dissèque les raisons de cette victoire : talents tactiques de Napoléon, rôle de Davout et incompétence des généraux prussiens qui en étaient resté aux combats de la Guerre de Sept Ans (1756-1763). Blücher (né en 1742) fut fait prisonnier à la bataille d'Auerstaedt, mais ce n’était pas lui qui commandait là, c’était le duc de Brunswick (né en 1735) ; ce dernier mourut là suite à ses blessures. Après ses désastres pour la Prusse,  une certaine résistance perdura dans quelques places-fortes et on sait que le siège de Kolberg fut le sujet d’un des derniers films de propagande nazie. 

Pendant la conférence de Tilsitt, en juillet 1807, la reine Louise s’entretint avec Napoléon afin que la Prusse puisse au moins garder Magdebourg. Trois ans plus tard, elle s’éteignait et ne vit donc pas comment les coalisés finirent par vaincre Napoléon. Le duché de Varsovie  naquit de ces victoires mais cette renaissance d’un état polonais, de dimension très réduite (même augmenté en 1809 de territoires pris à l'Autriche) et sous protectorat français, fut bien éphémère. Une carte de la Prusse avec ses frontières avant et après le conflit de 1806-1807 n’aurait pas été un luxe. On apprécie évidemment les dix-neuf figures destinées à mieux nous faire visualiser les combats de cette première partie du mois d’octobre 1806.

Pour connaisseurs Peu d'illustrations

Alexandre

Note globale :

Par - 343 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :