Ecrire un avis

Richard cœur de lion, comte du Poitou, duc d’Aquitaine (1157-1199)

Richard cœur de lion, comte du Poitou, duc d’Aquitaine (1157-1199)
CVRH 298 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Aliénor aliéna le Poitou à son fils Richard"

Richard Cœur de Lion, comme sa mère, est enterré à l’abbaye de Fontevraud situé alors en Anjou mais dans le diocèse de Poitiers. Il est élevé entre Loire et Gironde, ce qui lui vaut un premier surnom "le poitevin".

Lorsqu’il a douze ans, il est fait duc d’Aquitaine et  comte du Poitou car il n’est que le troisième fils de ses parents et pas destiné à régner. Ce n’est qu’à trente-deux ans en 1189, à la suite son père, qu’il devient roi d’Angleterre. De Richard Cœur de Lion on retient principalement, sur le continent, son lien avec la Normandie car il a fait construire Château-Gaillard ; toutefois la construction de ce dernier ne commence qu’en 1197 soit deux ans avant la mort de Richard.

Le but de ce livre est de mettre en relief les liens que Richard a eus avec ce que l’auteur appelle la Grand Poitou soit le Poitou, la Saintonge, l’Angoumois, le Limousin, la Marche et le Berry. Dans l’introduction l’auteur rappelle qu’en Poitou on compte quatre très grands seigneurs: ceux de Thouars, Mauléon, Parthenay et Lusignan. Ceux-ci sont rivaux entre eux et, lorsqu’ils ne s’affrontent pas entre eux, ils se rebellent contre leur suzerain immédiat (le comte du Poitou) ou le roi d’Angleterre. Ils jouent donc un grand rôle dans les conflits qui opposent le roi Henri II à ses fils puis Richard à des seigneurs rebelles (notons que le roi de Navarre Sanche, beau-frère de Richard, appuie ce dernier) et enfin Jean sans Terre à Philippe II (Philippe Auguste).

Richard est d’ailleurs fait duc d’Aquitaine et comte du Poitou en 1169, un an après que les Lusignan n’aient pris la tête d’une révolte aux côté du comte de la Marche, du comte d’Angoulême  et divers autres seigneurs ; bien entendu le roi de France Louis VII les soutient. La paix faite, Henri II tombe malade et fait couronner son fils Henri le jeune, mais en recouvrant la santé il ne concède aucune réelle responsabilité à Henri le jeune, d’où les conflits entre ce fils (souvent appuyé par ses frères) et ce père.

L’ouvrage est composé de deux parties, à savoir "Le duché d’Aquitaine au cœur de la vie de Richard Cœur de Lion" et "Le comitatus poitevin de Richard". Les chapitres de la première  partie, qui retracent de façon originale sa biographie ont pour nom : "La prise de Taillebourg", "Le jeune Richard sous tutelle", "La Grande révolte", "L’apprentissage politique de Richard", "La maturité de Richard", "L’absence du comte-roi", "Les dernières années du comte-roi". On y rappelle entre autre que Richard s’empare des archives du roi de France lors de la bataille de Fréteval (près de Vendôme) en 1194. À la suite de quoi Philippe Auguste Il crée la fonction de Garde des Sceaux et les Archives Nationales afin que ses archives et documents juridiques soient désormais conservés en lieu sûr à Paris. Par ailleurs le meurtrier de Richard est confirmé être Pierre Basile qui est un chevalier limousin. Le chef de routiers Mercadier se trouve au côté de Richard lorsque ce dernier décède devant la château de Châlus-Chabrol où les deux personnages s’étaient rendus pour châtier Aymar de Limoges qui était devenu allié du roi de France.

Château de Talmont

Les chapitres de la seconde partie s’intitulent : "Richard et la guerre", "Les relations entre le comte et ses vassaux", "Richard et l’Église poitevine", "Richard et l’économie", "L’entourage de Richard Cœur de lion". Chaque point est bien argumenté et les réponses sont toujours pertinentes, ainsi dans la question "Richard et la guerre", on aborde les constructions de châteaux à l’initiative de Richard dans le comté du Poitou (Haut-Clairvaux, Talmont, Saint-Rémy-sur-Creuse, Montreuil-Bonin, Niort).   

Les annexes sont très intéressantes, elles proposent en particulier des tableaux généalogiques, deux cartes historiques (dont une pointe les lieux du Grand Poitou en rapport direct avec Richard), une chronologie synoptique (Aquitaine et Poitou réunis, Occident, Orient), un catalogue des chartes. On apprécie beaucoup d’index des noms de personnes et celui des noms de lieux. On a quatre pages de documents en couleurs dont une reproduction de charte et un cliché d’une partie de la fresque d’une chapelle de Loches (en Touraine) représentant Richard avec sa famille.

Pour connaisseurs Quelques illustrations

Adam Craponne

Note globale :

Par - 456 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :