Ecrire un avis

La Flandre et les Flamands au miroir des historiens du royaume Xe-XVe siècle

La Flandre et les Flamands au miroir  des historiens du royaume Xe-XVe siècle
Septentrion 381 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "En quelle(s) langue(s) Guy de Namur s'écrie en 1302 Tuez tous ceux qui portent des éperons ?"

On apprécie beaucoup l’index des noms de personnes et des noms de lieux ; il est par contre fort regrettable de ne pas avoir de carte du comté de Flandres. Lors du partage de l’empire carolingien, en 843 au Traité de Verdun (peu après la mort  Louis le Pieux), la Flandre et la Marche espagnole (la Navarre et la Catalogne) tombent dans l’escarcelle du royaume de Francie occidentale. Toutefois lorsque Hugues Capet se voit dans l’incapacité de répondre à la demande d’aide du comte de Barcelonne Borel II face aux attaques d’Al-Mansour (le calife de Cordoue) les liens de suzeraineté disparaissent dans la partie orientale d’outre-Pyrénées. Dès l’époque de Louis le Pieux on a un roi de Pampelune qui conteste toute suzeraineté des Carolingiens sur la Navarre.

Pour la Flandre on alterne entre un comté et un marquisat ; on est d’ailleurs saisi que les relations complexes entre les seigneurs de la Flandre et les rois de France commencent en 862 avec l’enlèvement par le premier comte héréditaire de Flandre Beaudoin Bars-de-fer de Judith la fille de Charles le Chauve qui était veuve de deux rois du Wessex. On sait qu’avec la mort de Charles-le-Téméraire en 1477 et mariage de sa fille avec Maximilien Ier, c’est  l’échappée de la Flandre vers la dynastie des Habsbourg ; même si Louis XIV se fait concéder la Flandre méridionale (dont Lille et Dunkerque) cette région est sortie des possessions de la France.

On n’ignore pas que pour les Flamands de Belgique la victoire le 11 juillet de 1302 à Courtrai des milices flamandes (aidées d’ailleurs par des Wallons namurois, brabançons et luxembourgeois) sur les troupes du roi de France est la fête identitaire.  Au côté du comte de Flandre Gui de Dampierre sont des tisserands, des foulons, des tondeurs de draps alors que. le Roi se veut protecteur des marchands et des seigneurs flamands (les Leliaerts ou hommes du Lys). Le roi Charles VI en 1382, après sa victoire à West-Rozebeke, reprend les éperons toujours fixés à la voûte de l'église Notre-Dame et fait brûler Courtrai.

Pour reprendre un article de l’auteure paru en 2006 il s’agit de savoir quand et comment l'espace flamand s'est imposé aux chroniqueurs du royaume de France et d’autre part sur quelles bases les conflits entre le roi de France et les comtes de Flandre ont nourri l’historiographie capétienne  avant d’alimenter le roman national français puis belge. La bataille de Bouvines est un autre évènement phare, car face à Philippe Auguste on trouve le roi anglais Jean sans Terre, le neveu de ce dernier Otton de Brunswick (un des deux prétendants au Saint Empire romain germanique, l’autre étant Philippe Ier de Souabe, né Philippe de Hohenstaufen), les ducs de Brabant et de Limbourg, les comtes de Hollande, de Namur  et de Boulogne (Renaud de Dammartin) plus Ferrand comte à la fois et de Flandre et de Hainaut . En fin de compte, les guerres et graves émeutes en Flandre sont un phénomène récurrent pour le Bas Moyen Âge, aussi il ne faut guère s’étonner de la forte présence de cet espace géographique dans les chroniques royales. Notons que les souverains français ne combattirent pas systématiquement les comtes de cette région, ainsi en 1328 Philippe de Valois intervient pour soutenir Louis Ier contre ses sujets ; ces derniers étaient alors des Gantois qui furent vaincus à Cassel.    

Pour comprendre ces constructions, Isabelle Goyot-Bachy discerne trois périodes. Tout d’abord : celle des IXe, Xe et XIe siècle, où dès 959, pour la première fois, à l’instar des rois, est produite une généalogie commentée d’un comte (en l’occurrence celui de Flandre). L’historiographie flamande vient d’ailleurs nourrir celle qui suit des déjà puissants comtes de Normandie. Au XIIIe siècle la Flandre est, pour les historiens du royaume de France, la vassale infidèle tandis qu’au XIVe siècle sont posées les questions de "l’orgueil et la folie des communes" ainsi que l’esprit cupide des marchands flamands et que revient l’idée de la trahison (mais celle fois au profit des rois d’Angleterre).

Au XVe siècle on tente de percevoir l’évolution des contenus et c’est l’occasion de s’interroger en particulier due l’apport possible de Jean Froissart (à la fin du XIVe siècle) dans cette rénovation. On notera malicieusement que né en 1337 à Valenciennes dans le comté du Hainaut. Philippe de Commynes, qui n’est pas ici cité, était lui des environs de Lille  quoiqu’il finit largement sa vie à Argenton-Château dans le Poitou. Rappelons qu’au service d’abord de Charles le Téméraire (duc de Bourgogne mais aussi comte de Flandre), il passa ensuite à celui de Louis XI et qu’on lui doit des les mémoires autour des règnes de Louis XI et de Charles VIII, bref des récits où la Flandre n’est pas totalement absente. Parmi les trois rénovateurs de l’histoire de France au XVe siècle, l’auteure propose Nicole Gilles décédé en 1503 secrétaire de Louis XI et contrôleur du Trésor royal avec Charles VIII, Robert Gaguin né en 1443 aux confins de la Flandre et de l’Artois et l’Italien Paul Émile de Véronne né vers 1460 et arrivé à peu près à vingt-trois ans en France.  Dans l’intéressante conclusion de l’auteur, on relèvera qu’au milieu du XIXe les Flamands passent en partie, au moins dans l’histoire universitaire française (mais pas dans l’histoire scolaire) du statut de rebelles à celui de précurseur dans la marche de la libération des peuples par eux-mêmes. Ceci était aussi la conséquence de l’apparition d’un état belge et la fin de voir les espaces d’outre-quiévrain retrouver le giron français.  

Pour connaisseurs Peu d'illustrations

Adam Craponne

Note globale :

Par - 662 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur Les grandes batailles médiévales .

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :