Ecrire un avis

Révolte dans le désert 1916-1918 : récit autobiographique

Révolte dans le désert 1916-1918 : récit autobiographique
Bibliomnibus aventure195 pages
1 critique de lecteur

Avis de Octave : "Quant tu veux faire un plaisir tu le fais en entier ou alors tu t’en dispenses"

"Révolte dans le désert 1916-1918 : récit autobiographique" est déjà le condensé des "Sept piliers de la sagesse" mais en plus ici nous avons droit à un succédané du contenu de "Révolte dans le désert 1916-1918 : récit autobiographique".

Ceci veut dire que le récit ne commence qu’en mai 1917 et qu’il se termine avec la prise de Damas en octobre 1918. On a coupé des chapitres au petit bonheur la chance d'après moi. La preuve est qu’entre le chapitre "Victoire et pillage" qui nous amène à Akaba en juillet 1917 et le chapitre suivant intitulée "La bataille pour Taflileh" qui couvre janvier-février 1918 il n’y a rien. Or en novembre 1917 se produit d’après l’auteur (certains historiens remettent en cause le fait) un évènement capital. En effet à la fin du mois, Lawrence ferait une reconnaissance à l’intérieur du pays autour de la jonction ferroviaire à Deraa, ville alors turque mais aujourd’hui au sud-ouest de la Syrie, non loin de la frontière jordanienne. Il se risque  à entrer la ville déguisé. Il est arrêté, apparemment non reconnu, et pris pour un déserteur caucasien, torturé et maltraité par les Turcs. Dans une lettre écrite en juin 1919 qu’il citerait dans  "Les sept piliers de la sagesse", il écrit à propos du bey de la ville :

«  Hajim était un pédéraste ardent et a pris une fantaisie pour moi. Alors il m'a maintenu sous garde jusqu'à la nuit, puis a essayé de me foutre. Je ne voulais pas, et je résistais avec quelques difficultés. Hajim m'a envoyé à l'hôpital, et je me suis échappé avant l'aube, n’étant pas aussi mal qu'il le pensait. »  

Le personnel médical étant arabe, il profite de sa complicité et file vers Azrak puis Akaba.    

On a donc ici un récit mutilé. Or le contenu proposé par Lawrence est des plus intéressants puisqu’il décrit comment la révolte arabe des années 1916-1918 empêche ce pays d’aider en quoi que ce soit les forces des empires centraux dans les Balkans après 1916. Or si l’on avait mis fin à la présence des armées anglo-françaises à Salonique, le cours de l’histoire aurait pu être changé. De plus les promesses faites aux Arabes sont mensongères puisque la France et l’Angleterre sont bien décidées à se réserver une part du gâteau arabe. Alors qu’un grand royaume arabe était prévu, sous forme de protectorats, la France se taille un espace syro-libanais et l’Angleterre un espace palestinien et irakien.  Quand à la péninsule arabique, elle chasse son souverain hachémite pour installer un régime musulman ultra orthodoxe, celui des Saoudiens.    

Rappelons que le général vietnamien disait que "Les sept piliers de la sagesse" était sa bible en matière insurrectionnelle. Au cours des pages, Lawrence nous amène à découvrir non seulement les opérations militaires, mais aussi le mode vie des nomades. Son regard critique est toujours compréhensif et il sait ponctuellement manier l’humour comme on peut le voir ici :

« Pour un Arabe, l’un des signes essentiels de la victoire consiste à porter les vêtements de l’ennemi. Aussi, le lendemain, vîmes-nous nos contingents transformés –quant à la moitié supérieure de leur corps – en une armée turque : chaque homme avait endossé la tunique d’un soldat, car le bataillon arrivait du nord, très bien de nouveaux uniformes et muni d’accessoires en parfait état.» (page 64)

Pour connaisseurs Aucune illustration

Octave

Note globale :

Par - 428 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur La Grande Guerre hors de France .

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :