Ecrire un avis

Héros oubliés : Les animaux dans la Grande Guerre

Héros oubliés : Les animaux dans la Grande Guerre
Pierre de Taillac; Ministère de la Défense176 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Eh Thomas Edward Lawrence, le chameau d'Arabie, c’est où dites ? Par là, mec!"

Actuellement en matière de fictions assez illustrés pour la jeunesse autour de la Première Guerre mondiale, on trouve plusieurs sortes d’animaux comme héros. Les éditions canadiennes Michel Quintin ont proposé deux récits basés sur des personnages ayant existé, dans un cas un pigeon (cité à l’ordre de la Nation) dans "Une mission pour Vaillant" d’Alain M. Bergeron, celles de Scholastic "Bunny cheval de guerre"(cet animal traverse l’Atlantique et finit sa vie auprès d’un paysan français). Chez les éditeurs européens, on dispose l’album Flambeau, chien de guerre de Benjamin Rabier sorti en 1916 (réédité, il est toujours disponible à l’état neuf) et "Au temps de la Guerre 14-18 Mirtliton le chien soldat". "Pipo chien de guerre", de Marie de Salle et Sandrine Place, montre un chien accompagnant des soldats belges durant toute la durée du conflit. Tant en roman assez illustré qu’en BD la série "Les Godillots" d’Olier et Marko met en scène un enfant sur le front, en compagnie d’un singe qu’il a recueilli auparavant et qui devient la mascotte du régiment. Par ailleurs existent des romans historiques sur le même sujet pour les élèves de cours moyen, les collégiens et lycéens où les animaux tiennent une place importante, sans être pour autant systématiquement les personnages principaux. En conséquence un ouvrage d’étude tel que "Héros oubliés : Les animaux dans la Grande Guerre" s’avère utile, même si on disposait déjà d’un ouvrage plus généraliste "Les animaux soldats : histoire militaire des animaux des origines à nos jours" daté de mai 1996. En 2004 a été inauguré à Couin (dans le Pas-de-Calais), contre un mur du cimetière militaire britannique, une plaque aux animaux morts pendant les guerres, avec un texte français et anglais dessus. N’y sont représentés qu’un pigeon, âne et cheval. En 1996 à Neuville-lès-Vaucouleurs une plaque est déposée en l’honneur des ânes ; l'une des granges du village servait d'hôpital pour les ânes blessés sur le secteur de Verdun. Nos amis d’outre-quiévrain avaient célébré les pigeons dès l’Entre-deux-Guerres. Le Mémorial des animaux de guerre (Animals in War Memorial) est un véritable monument situé à Londres et créé pour rendre hommage à tous les animaux qui ont servi et sont morts sous le commandement britannique au cours de l'Histoire. Conçu par le sculpteur anglais David Backhouse, il a été inauguré le 24 novembre 2004 par la princesse royale Anne du Royaume-Uni. Cet aspect mémoriel constitue le dernier chapitre. Le début de l’ouvrage évoque la place des animaux à la Belle Époque. Si l’auteur choisit un découpage chronologique, ils se centrent ensuite à l’intérieur d’une partie de celui-ci autour d’un animal (ou plusieurs) plus d’actualité. C’est le cas des chevaux qui est naturellement exposé au tout début de la guerre car la cavalerie est française et belge sont décimées. Avec la fin de la guerre de mouvement et l’entrée pour plusieurs années dans une guerre de tranchées, chiens, ânes, mulets, pigeons se voient consacrés des pages particulières. On les voit même équipés de masques à gaz. Ne sont pas présentés que les animaux jouant directement un rôle militaire, ayant une fonction d'aide logistique pour le transport, ou servant de compagnon ou de mascotte. Les autres ennemis du poilu, rats et poux sont là aussi et on montre comment les soldats entendent s’en protéger. Si on se trouve toujours sur le front occidental, on voit par contre au minimum à trois occasions des Belges, sujets de l’Empire britannique, et des Américains. L’ouvrage est très illustré, surface du texte et surface de l’iconographie s’équilibrent. On a essentiellement des photographies, quelques reproductions d’affiche de souscription à un emprunt, quelques cartes humoristiques (dont une sur les poux de Poulbot page 127 et une autre page 115 d’un collaborateur au journal pour enfants "Les trois couleurs") et quelques images dessinées puis colorées tirées de divers titres de la presse pour adultes (dont de "L’illustration"). Le texte s’appuie sur des documents d’archives et de nombreux souvenirs d’écrits de combattants. Une exposition " Héros oubliés, 14-18, les animaux dans la Grande Guerre" coréalisée par les villes de Vincennes et de Joinville-le-Pont, à partir des fonds d’archives de l’Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense, ayant notamment servi de supports iconographiques au livre écrit par Jean-Michel Derex paru aux éditions Pierre de Taillac s’est tenue à Vincennes et se transporte à l’Hôtel-de-ville de Joinville-le-Pont du mardi 28 octobre au mercredi 12 novembre 2014. On ajoutera que les chiens, amenés d’Alaska, afin de servir sur le front vosgien sont actuellement un bon thème de fiction, vient de sortir en roman historique pour 15-18 ans (mais les adultes apprécieront aussi) "La dernière course" de Pierre Vatinel et une BD tout public "Les poilus d’Alaska, 1" chez Casterman.

Pour connaisseurs Beaucoup d'illustrations Plan chronologique

Adam Craponne

Note globale :

Par - 634 avis déposés - lecteur régulier

634 critiques
16/08/15
L'Australien Simpson et son âne

http://france3-regions.francetvinfo.fr/picardie/2015/04/28/il-y-cent-ans-simpson-et-son-ane-714297.html
499 critiques
06/08/17
L'exposition Animaux & guerres. Amis, modèles et emblèmes des combattants du Musée de l'armée est située sur les piliers de la cour d'honneur de l'Hôtel des Invalides. Elle est accessible gratuitement du 2 août au 9 octobre 2017 de 10h à 18h.
343 critiques
03/07/18
La véritable histoire de Jenny, l’éléphante amenée par les Allemands à Felleries en 14-18

http://www.il-y-a-100-ans.fr/nord/la-veritable-histoire-de-jenny-l-elephante-amenee-par-les-allemands-a-felleries-en-14-18-n3450#.Wzt44ZMyXx9
239 critiques
25/07/18

Mercredi 15 août 2018 – Péronne

Commémoration des 100 derniers jours de la guerre « The Last 100 Days, the Cavalry’s Last Hurras »
Pour commémorer les 100 derniers jours de la guerre et rendre hommage au rôle essentiel joué par les animaux pendant la Première Guerre mondiale, en particulier celui des chevaux, Andy Smerdon réitère une traversée à cheval des champs de bataille de Belgique et du Nord de la France au mois d’août 2018.
https://www.facebook.com/TheLastHurrah1918/
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :