Ecrire un avis

La Guerre d’Indochine

La Guerre d’Indochine
Tallandier / Texto668 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Les Français courent à la recherche d’un succès qui leur échappe toujours"

Ce livre est sous-titré De l’Indochine française aux adieux à Saigon 1940-1956. Le texte a été rédigé en avril 2015, par Ivan Cadeau, un officier de l'Armée de Terre. Bon historien, il n’hésite pas à relever les erreurs du commandement français sur place, ce que sont bien incapables de faire ceux qui mettent tout sur le compte des atermoiements des hommes politiques de la IVe République. Il est vrai par ailleurs que le manque de combativité des troupes indigènes contre la guérilla communiste et l’action du Vietminh ne favorisaient pas d’éventuels succès des militaires français surtout à partir de 1950 où les communistes chinois fournissent des cadres et des armes en nombre important aux rebelles.     

La défaite de mai-juin 1940 de la France face à l’Allemagne nazie a pour conséquence la mise sous tutelle de l’Indochine française par les Japonais et le retour de territoires à la Thaïlande (des espaces que la France s’était fait cédé en 1904 et 1907). À l’automne 1940, tant au Tonkin qu’en Cochinchine des soulèvements se produisent, même s’ils sont rapidement écrasés mais nombre d’agitateurs continuent leur travail de propagande dans les campagnes. Le 9 mars 1945, les Japonais attaquent les troupes françaises qui résistent peu, certaines parviennent toutefois à fuir dans la jungle. Deux jours plus tard Tokyo offre l’indépendance au Vietnam et c’est Trang Trong Kim qui est propulsé Premier ministre devant le refus de Diêm qui a anticipé la défaite japonaise. L’autorité française se réinstalle lentement à partir d’octobre 1945 alors que le Vietminh récupère des armes par divers biais. Le corps expéditionnaire est alors composé de plus de 44 000 Français et d’un peu moins de 1 200 autochtones.   

L’auteur revisite toutes les batailles de la Guerre d’Indochine,  celle de Hòa Bình (de fin 1951 à début 1952) a attiré particulièrement son attention car bien que victoire française au Tonkin, elle se termine par l'évacuation d’Hòa Bình qui, en monopolisant trop de troupes, a permis au combattants communistes de mieux s’implanter dans le delta.

Le jeu complexe des Américains est bien perçu et au Sud-Vietnam, Diem entend bien se détacher de toute influence française, ceci expliquant les conditions fâcheuses dans lesquelles les derniers contingents français quittent le pays en 1956. Quoique que ponctuel, l’usage du napalm se fait dès l’année 1950. Il est notable que l’on voit apparaître là nombre d’officiers supérieurs, comme Salan et Massu, qui se distingueront dans la Guerre d’Algérie.     

Pour connaisseurs Peu d'illustrations

Adam Craponne

Note globale :

Par - 682 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :