Ecrire un avis

Amours en guerre: catalogue d’exposition

Amours en guerre: catalogue d’exposition
Historial de Péronne 34 pages
1 critique de lecteur

Avis de Octave : "Oui chéri, le temps de semble bien long (courrier de Madelene à Maxime)"

L’exposition Amours en guerre se tient à Historial  de Péronne du 19 mai au 9 décembre 2018 et le catalogue d’exposition, pourtant largement illustré, ne rend compte que d’une partie des objets présentés. Notons que la BDIC et le musée de l'Armée avaient organisé à l'hôtel national des Invalides, du 20 septembre au 31 décembre 2007, une exposition intitulée Amours, guerres et sexualité: (1914-1945) et qu’il en était résulté un copieux catalogue d’exposition de près de 200 pages.

Enfin doit paraître fin 2018, dans la Revue du Pays sézannais (édité par le Centre d’étude du Pays sézannais 03 26 81 41 58),  pour un numéro spécial sur les Américains dans le conflit de la Première Guerre mondiale, un article intitulé  "Approche de la véritable vision des soldats américains par les Français de l’été 1917 à l’automne 1918 grâce à deux romans d’Ernest Pérochon". Ici on abordera largement, avec en particulier des images humoristiques, un point qui n’est pas traité dans ce catalogue à savoir le très grand ressentiment des poilus envers les soldats américains qui séduisent les femmes françaises.     

Le catalogue expose sur des doubles-pages les sujets suivants : Séparations, Entrées en correspondance, Gestion du quotidien, Expression de l’affection et du désir, Frustrations, palliatifs et angoisses (ici est évoqué le péril vénérien), Retrouvailles provisoires, Mariages en guerre, De nouveaux horizons, de nouveaux liens (avec le cas de marraines, évidemment blanches, de soldat sénégalais qui ne restent pas indifférentes au charme de ces Africains), Imaginer le retour, imaginer la mort, Des deuils et des retours. Dans cette dernière partie, largement consacrée à l’après-guerre, sont évoqués les traumatismes des soldats revenus du conflit et les divorces.

Ceux-ci sont en proportion, selon nous, plus importants en territoire occupé par l’ennemi et on a un cas intéressant, non cité ici, du père de Massin qui a laissé sa femme à Roye au début août 1914. Fin septembre cette ville picarde est occupée par les Allemands. Il sait très rapidement, par le courrier de voisines bien intentionnées, que cette dernière fréquente un feldwel (on peut proposer le grade d’adjudant comme équivalent) et elle en a même une fille au milieu de la guerre. Toute la famille du poilu et sa marraine de guerre lui conseillent de divorcer dès que le conflit sera terminé. Ce qu’il fait pour épouser une Beauceronne qu’il a rencontrée lors de son congé de convalescence.                                       

Comme toujours l’exposition se décline sur les modes français, anglais et germanique et on découvre en particulier une illustration de l’Autrichien Ernst Kutzer (dans un style graphique qui rappelle un peu celui de Louis Forton dans Les Pieds-Nickelés) où le AEIOU de la devise autrichienne (ce qui n’est pas précisé) est prétexte à représenter divers soldats dont le dernier qui, en revenant, découvre stupéfait que sa femme a accouché de deux jumeaux qui ne peuvent pas être le lui. Rappelons que AEIOU  renvoie à "Austria est imperio optime unita", ce qui se traduit par "L'Autriche est l'empire le mieux uni" pour certains et pour d’autres par "Austriae est imperare orbi universo"  qui signifierait "La destinée de l'Autriche est de diriger le monde entier".              

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Octave

Note globale :

Par - 428 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :