Ecrire un avis

Ex-voto : monsieur Verbun

Ex-voto : monsieur Verbun
Vents d’Ouest
1 critique de lecteur

Avis de Alexandre : "Sortie de l’oubli une BD autour de l’oubli impossible"

Pascal Rabaté illustre dans un style très acide renvoyant aux gravures un album jamais réédité aux tons doux couleur pastel. Angelo Zamparutti a été scénariste de deux BD, dessinées par Pascal Rabaté. Il est très connu comme chef décorateur au théâtre et au cinéma. En 2009 il participe à une exposition autour de Serge Gainsbourg aux Trois baudets à Paris.

Il livre ici un récit qui évoque essentiellement le sort d’un blessé de la Grande Guerre. Celui-ci se consacrait sur le front à la réalisation de divers objets relevant de l’artisanat des tranchées. Au début du récit alors qu’il sert au 101e RI il apprend la mort de son frère ; nous sommes en février peut-être 1916. Un éclat d’obus vient se loger dans son cerveau et il lui est laissé de peur des conséquences d’une opération. En 1928 nous le retrouvons à Paris à l’écoute d’une TSF qui évoque la date du 11 novembre. Vivant de sa pension de guerre il confectionne une énorme boule au grenier au-dessus de l’appartement de son ex-belle-sœur remariée, celle-ci est dressée en mémoire de son frère et il y projette tous les restes des moments traumatiques de la Grande Guerre. Blessé au crâne, cet ancien poilu fréquente d’anciens compagnons d’armes parfois eux-mêmes invalides. Trois anciens combattants décident d’ajouter leur propre note à cette réalisation afin de se moquer une fois de plus du nouvel époux de l’ex-femme du frère du personnage principal. Ce dernier ayant passé la durée du conflit dans les services auxiliaires il est régulièrement méchamment charrié pour avoir été un embusqué.

L’album rappelle l’univers boueux et scatologique des tranchées en glissant quelques grasses plaisanteries comme celle du poilu lâchant un vent en pétaradant « Attrape plutôt celui-là et dis-moi si c’est du gaz moutarde » (page 8) ou une contrepèterie comme « Tu la connais celle du doigt dans le trou du fût, la main entre les caisses » (page 31). Cette BD dépeint un univers des anciens combattants assez glauque où les invalides souffrant de troubles psychiques (plus ou moins importants) sont largement laissés sans suivi adéquat, où l’ancienne coupure entre ceux réputés planqués et ceux en première ligne perdure et où la cruauté des combats a trouvé un prolongement dans les comportements d’après-guerre de la génération du feu. La tonalité générale fait penser à l’univers célinien de la Grande Guerre.

Alexandre

Note globale :

Par - 373 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :