Ecrire un avis

Mémoires et patrimoines: Des revendications aux conflits

Mémoires et patrimoines: Des revendications aux conflits
L’Harmattan386 pages
1 critique de lecteur

Avis de Ernest : "Divers processus de commémoration et de patrimonialisation"

Cet ouvrage est coordonné par Céline Barrère, Gregory Busquet, Adriana Diaconu, Muriel Girard et Ioana Iosa. Il s’agit de présenter par écrit des communications qui se sont tenues de 2011 à 2014 sans diverses École nationales supérieures d'architecture (ENSA) en France et au New Europe College à Bucarest.

La première partie définit quelques aspects théoriques à propos de la construction historique de l’idée de patrimoine d’un côté et par ailleurs au sujet de la façon d’aborder les conflits autour du patrimoine. Le second volet avance que le patrimoine est souvent un outil de mobilisation pour des revendications plus vastes. La troisième partie réfléchit sur les empêchements qui ont frappé une démarche de patrimonialisation. Le quatrième ensemble se penche sur le patrimoine de groupes qui ont vécu un déplacement ou une migration. Le dernier volet traite de supports originaux pour rendre un récit patrimonial.

Selon Yves Lamy, six grandes controverses traversent la formation du champ patrimonial. Dans l’ordre chronologique, a première porte sur le caractère seulement consultatif de la Commission et du Service des Monuments, la deuxième sur l’état dans lequel on doit conserver un monument (avec ou sans adaptations à des besoins contemporains), la troisième sur la limite à donner aux droits de la propriété privée, la quatrième avec un intérêt pour l’environnement du monument, la cinquième sur la signature de l’œuvre de patrimonialisation, la dernière sur les conséquences de la décentralisation. Dans cette première partie, on trouve également un texte de Maria Gravari-Barbas qui s’intitule "Le patrimoine, de l’objet à la relation".   

Dans le volet suivant, les lieux étudiés sont l’héritage industriel du Creusot et de Montceau-les-Mines, le patrimoine de la Mouraria à Lisbonne, la forêt périurbaine des Landes, Belle-ïle-en-mer, deux lieux en Bosnie-Herzegovine (dont Sarajevo). La partie d'apprès s’intéresse d’abord aux cheminées d’usines à Trélazé dans le Maine-et-Loire puis pour les départements du Rhône et de la Loire à Villeurbanne, Givors et Saint-Chamond. Suivent ensuite deux textes, l’un sur les cités-jardins du Plessis-Robinson (les nouvelles municipalités de droite, succédant à des équipes majoritairement composées de communistes, mettant en cause l’intérêt de ces bâtiments, reflets d’une politique sociale de l’Entre-deux-guerres menées par des socialistes SFIO) et l’autre sur les aciéries de Hunedoara en Roumanie.

La quatrième division de ce titre évoque conjointement Cardiff et Saint-Étienne pour des mémoires liées à des immigrations venus de pays du sud de l’Europe ou du continent africain, un projet d’écomusée de la culture peule à Orléans, Montréal et ses racines sur le Vieux-Continent, Strasbourg et la mémoire tzigane. La dernière partie traite de divers moyens médiatiques utilisés pour mettre en valeur diverses identités du point de vue général et dans certains lieux, à savoir Orléans, Vierzon et Istanbul.      

Pour connaisseurs Peu d'illustrations

Ernest

Note globale :

Par - 226 avis déposés -

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :