Ecrire un avis

Picasso s’en va-t-en guerre

Picasso s’en va-t-en guerre
Delcourt144 pages
1 critique de lecteur

Avis de Octave : "Le mot bande dessinée était bien en usage déjà en 1953"

Le terme "bande dessinée" a été employé pour la première fois le 1er juin 1938 dans le quotidien Le Populaire (organe officiel du parti socialiste de l’époque) pour annoncer que le lendemain les jeunes lecteurs trouveraient la création Oscar Chic et ses joyeux compagnons ; il s’agit d’une production anglaise dont on ignore l’auteur ou les auteurs car elle est commercialisée en France par une agence. Ce n’est que le 12 décembre 1949 que l’on retrouve la reprise de ce terme dans les pages d’un quotidien régional, en l’occurrence  La Nouvelle République basée à Tours. On ne pourra donc pas parler d’anachronisme dans le fait que Pablo Picasso demande, en 1953, à un jeune Bordelais, de l’imaginer dans une bande dessinée (dixit) qui le rajeunirait d’un quart de siècle et lui permettrait ainsi de participer comme combattant à la Guerre d’Espagne. 

 

On a une bonne soixantaine de pages avec pour l’essentiel une action à Vallauris où on voit dans quelle atmosphère ce projet de BD se réalise et  suivent les soixante-sept pages de réalisation. D’ailleurs celles-ci sont dans style graphique peu en phase avec ce qui se dessinait dans les années 1950 pour la presse des jeunes, car la BD ne connaissait que peu l’album et ce dernier reprenait des aventures publiées auparavant dans les journaux pour enfants car les adultes ne lisaient pas cette "sous-littérature pour analphabète" si l’on reprend une formule de l’époque.  Une petite dizaine de pages, à la fin de l’ouvrage, nous replonge dans l’année 1953 car le travail a été réalisé très rapidement. Picasso le découvre et son créateur retourne à Bordeaux.  Dans son ensemble le récit permet d’un côté d’approcher nombre de moments de la vie de Picasso ainsi que certains aspects de son caractère et d’autre part de revisiter la Guerre d’Espagne. Un faux mot de Picasso courait dans les années 1970, il consistait dans la prétendue affirmation qu’aurait faite Picasso : « Une chose est sûre, aujourd’hui si j’avais vingt ans, je ferais de la bande dessinée ». Est-ce la connaissance de cette fake news de l’époque qui a donné l’idée à Daniel Torres  de réaliser cet album ?     

 

 

 

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Octave

Note globale :

Par - 394 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :