Valois, 1 Le mirage italien, de Thierry Gloris, Jaime Calderon et Felideus : avis et résumé critique de Xirong


Ecrire un avis

Valois, 1 Le mirage italien

Valois, 1 Le mirage italien
Delcourt 48 pages
1 critique de lecteur

Avis de Xirong : "César Borgia fonda le plan de sa grandeur sur la dissension des Princes d'Italie (Jean Baptiste Robinet)"

La première page a un intérêt pédagogique certain puisqu’elle vient rappeler que la Guerre de Cent ans s’est définitivement close par le Traité de Picquigny en 1475. Toutefois glisser que c’est Louis XI qui le signe n’aurait pas été superflu pour transition vers la dernière vignette où est annoncé la montée sur le trône de son fils Charles VIII époux d'Anne de Bretagne. C’est ensuite l’occasion d’apprendre que ce dernier a un caractère assez indécis et que sa sœur Anne de Beaujeu, bien connue des habitants actuels de l’Allier (puisqu’elle résida assez longtemps à Moulins), exerçait une certaine influence sur lui. Louis d'Orléns, le futur Louis XII, pesait également sur les décisions de Charles VIII. Toutefois ce dernier veut conquérir le royaume de Naples ; en effet lorsque meurt son souverain en 1494, cela ne fait que quatorze ans que René d’Anjou (connu comme le bon toi René en Provence) est mort.  Le fils de ce dernier, Jean de Calabre, avait tenté de prendre la succession de son père au royaume de Naples entre 1458 et 1464, mais vaincu il était décédé en 1470.

C’est à travers les aventures de deux héros fictionnels l’un jeune noble désargenté d’origine angoumoise (et non charentaise à l’époque) au service du cardinal Giuliano Della Rovere, soutien des rois de France et le catalan Blasco Zuninga, sur le point de devenir moine, mais resté habile au combat. On perçoit bien les rivalités entre principautés en Italie et en particulier l’hostilité entre Montone (aux mains de la famille des Vitelli)  en Ombrie et les États de l’Église.  Ceci nous amène à découvrir, en plus de la cour de France, les membres de la famille Borgia avec son principal représentant le pape Alexandre VI et bien sûr ses trois enfants Lucrèce, Juan et César chefs des armées pontificales. Le style graphique de Jaime Calderon est très réaliste est les couleurs sont travaillées avec des encres par  Felideus.  Une série à suivre tant par son intérêt historique que ses qualités esthétiques.

idé cadeau

Pour connaisseurs Beaucoup d'illustrations

Xirong

Note globale :

Par - 340 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :