Ecrire un avis

Le secret du Connétable

Le secret du Connétable
Éditions du Rocher 153 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "En 1789 Les Bourbonnais deviennent-ils les Allier nés?"

Durant un siècle les livres d’histoire de l’école élémentaire nous ont conté la scène où Bayard mourant reproche au Connétable de Bourbon d’avoir trahi son pays. Joli anachronisme au profit d’une volonté nationaliste ! En effet Charles III de Bourbon, époux de Suzanne la fille d’Anne de Beaujeu (présenté ici comme "Anne de France" et avec pour surnom "Madame la Vieille"), avait deux suzerains.

Le premier était le roi de France pour des terres centrées entre Guéret et la Saône d’est en ouest et de Saint-Amand-Montrond à Saint-Flour du nord au sud, s’y ajoutaient des terres autour de Châtellerault, Gien et Clermont en Picardie. Toutefois le connétable de Bourbon possède outre-Saône la Dombes en terre d’Empire, il est donc également le vassal de Charles Quint, à partir de 1519 (Maximilen Ier, empereur des Romains mourant cette année-là).

L’idée est avec "Le secret du Connétable" de renverser l’idée reçue de François Ier le Roi chevalier et du Connétable seigneur félon par le message d’un roi non pas arbitre mais soumis aux désirs de sa mère et un homme sans parole (il revient sur tous les contenus d’un traité de paix qui redonnait au cardinal de Bourbon ses biens) et du seigneur homme d’honneur, cela n’est qu’esquissé.

Le narrateur le secrétaire de Charles III de Bourbon a dû fuir l’Europe pour l’Inde avec l’enfant illégitime de Charles de Bourbon et de Raffaelle, sœur du marquis de Mantoue, ce dernier étant cousin germain de l’ex-connétable. Il existerait une branche des Bourbons dite Bourbons des Indes qui résiderait en Inde depuis quatre siècles, elle se réclame d'un quatrième enfant né en 1521 du connétable de Bourbon. Michel de Grèce a écrit un roman historique porteur de cette thèse, il s’agit du "Rajah Bourbon".

On notera une grande complaisance vis-à-vis du maître qu’il sert, les exactions de ses armées ne sont jamais directement de son fait mais de celles de personnages qui ne seraient que théoriquement sous ses ordres. Ainsi raconte-t-on comment se passa la retraite des Français fuyant le Milanais en 1524 sous les ordres de Guillaume Gouffier de Bonnivet.

« Lorsque (Charles de Bourbon) apprit son départ de Milan , il décida de le harceler en lui accrochant à ses basques les troupes de Jean des Bandes Noires. Ce terrible condottière, de la Maison des Médicis, devait son surnom à son oncle, le pontife Léon X dont il portait le deuil. Son armée était un ramassis des pires canailles que j’ai jamais vues durant toutes les campagnes ; des Corses et des Albanais réputés pour leur cupidité et leur férocité ». (page 72)

Deux remarques qui inciteront à lire le récit des Guerres d’Italie sous une autre plume, pour s’en faire une idée personnelle nécessaire. Guillaume Gouffier de Bonnivet réalise certes au début 1524 une retraite précipitée vers la Provence, par les troupes impériales commandées par le Connétable. Mais avec le roi de France lui-même désormais à sa tête, l’armée française repousse l’invasion de la Provence et repasse en Italie. Milan est reprise en octobre 1524, même si plusieurs places fortes importantes du duché, restent aux mains des impériaux.

Si cet amiral, favori de François Ier, commandait en 1526 à Pavie, il y est mort en s'exposant volontairement aux coups de l'ennemi après avoir constaté l'ampleur du désastre dont il était grandement responsable. D’ailleurs Charles de Bourbon, voyant les restes sanglants de son ennemi, se serait écrié, en détournant les yeux : « Ah ! Malheureux ! Tu es cause de la perte de la France et de moi-même ! ». Toutefois Pierre de Brantôme dans lee Livre III de la "Vie des hommes illustres et grands capitaines français", dit de lui :

« Il fut en bonne réputation aux armées et aux guerres, au-delà des monts où il fit son apprentissage ; et pour ce, le roi le prit en grande amitié, étant d'ailleurs de fort gentil et subtil esprit et très habile, fort bien disant, fort beau et agréable, comme j'ai vu par son portrait. »

Les passages sur le siège de Marseille ou le Sac de Rome par les armées de l’ex-connétable. Non seulement les Provençaux et les Bourbonnais gagneraient beaucoup à lire cet ouvrage mais également les Poitevins. En effet outre le fait que le Châtelleraudais fut possession de Connétable, son pire ennemi Guillaume Gouffier de Bonnivet posséda le château d’Oiron, à environ soixante kilomètres de Châtelleraut. Le château d’Oiron passa bien ultérieurement à Mme de Montespan qui y vécut ses dernières années.

Il est à noter qu’en 2012 est sorti chez Casterman la BD "Histoires de France, 1 XVIe siècle François Ier et le connétable de Bourbon" de Lorànt Deutsch, Runberg et Ocaňa. On y est plutôt favorable à François Ier.

Pour tous publics Aucune illustration

Adam Craponne

Note globale :

Par - 618 avis déposés - lecteur régulier

467 critiques
16/02/15
Vidéo "Les aïeux de François Ier réinhumés" à la mi-février 2015

http://www.charentelibre.fr/2015/02/15/les-aieux-de-francois-1er-reinhumes-video,1940510.php
298 critiques
20/04/15
CHAPELLE FUNÉRAIRE RESTAURÉE DU DUC LOUIS II DE BOURBON
Inauguration le 31 mai 2015 Église prieurale Saint-Pierre Saint-Paul
Souvigny (Allier)
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :