Ecrire un avis

Paroles d’exode mai-juin 1940: lettres et témoignages des Français sur les routes

Paroles d’exode mai-juin 1940: lettres et témoignages des Français sur les routes
Librio128 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "L’Exode une migration en l’an 40"

Le film de Christian Carion En mai fais ce qu’il te plaît est sorti en novembre 2015, on y voit des villageois du nord de la France partant sur les routes, comme des millions de Français, pour fuir l’invasion allemande de mai et juin 1940. C’est là où ma grande-tante ne regretta pas d’avoir passé son permis de conduire quelques années auparavant ; son mari étant militaire, elle partit en voiture pour un déplacement d’environ cinq cent kilomètres.   

Une introduction de trois pages situe l’évènement et évalue à neuf millions les gens qui fuient, ce sont pour un tiers de Belges et on compte soixante-pour-cent de Français, plus diverses autres nationalités dont des Allemands ayant fui le régime nazi (le film En mai fais ce qu’il te plaît se centre sur un père et un fils dans ce cas). Rappelons qu’à l’époque, la France compte quarante-deux millions d’habitants. Le mémorandum du 26 janvier 1940 où le colonel de Gaulle met en garde contre l’immobilité militaire actuelle ouvre la partie documentaire.

Ensuite se suivent de deux à quatre témoignages par jour, en partant du 10 mai au 23 juin. Une petite dizaine de textes s’égrainant entre le 30 juin 1840 et le 30 août de la même année sont dans les dernières pages (on y compte parfois les conditions du retour, avec par exemple le docteur belge Arsène Taminiaux qui revient d’un village vendéen). Enfin terminent l’ouvrage une chronologie de mai à  août 1940 et un index des témoins.

Les témoins sont présentés en deux lignes avant de citer leur intervention ; on a parfois des témoignages écrits assez récemment mais le plus souvent des extraits de textes écrits dans des livres de souvenirs. La plupart du temps, on connaît la profession et l’origine géographique du témoin. Le premier est un adjudant de réserve belge des environs de Namur, le second est Auguste Blondiaux boucher dans le civil à Estaires (Nord) qui est lui aussi mobilisé. Le troisième est un garçon qui est sur les routes avec ses parents qui tiennent dans une petite ville du Nord un café et commerce de bois et charbon.

Parmi les témoins on a des gens connus comme Mendès-France, Lucien Rebatet ou Saint-Exupéry mais ils sont très rares. L’Appel du général de Gaulle de juin 1940 et un texte de début de juillet 1940 du maréchal Pétain sont proposés (le nouveau chef de l’État appelle à une France où les Français seront récompensés par le fruit de leur travail).      

Pour tous publics Aucune illustration

Adam Craponne

Note globale :

Par - 682 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :