Ecrire un avis

Les enfants de la Résistance, 1 Premières actions

Les enfants de la Résistance, 1 Premières actions
Lombard56 pages
1 critique de lecteur

Avis de Xirong : "L'eau de Cologne c'est imbuvable, contrairement à l'eau de Spa"

En matière de BD  dont un ou des enfants sont les héros, nous disposions pour la Première Guerre mondiale des excellentes séries "Les Godillots" et "La guerre des Lulus", et pour la Seconde Guerre mondiale dans les productions présentes chez les éditeurs de la quadrilogie "L’envolée sauvage". Toutefois cette dernière série a trois inconvénients pour un lectorat enfantin, elle est globalement difficile à comprendre à la fois par un manque de linéarité dans le récit, on y montre la présence d’enfants dans des camps de concentration, la situation pour ces présences est très artificielle.  

Heureusement avec "Les enfants de la Résistance", voici une série qui démarre avec un scénario alliant rigueur, richesse et réalisme. Nous sommes dans un village très vraisemblablement de la Côte-d’Or, d'après la carte sur double-page de fin d’ouvrage et le temps important mis pour arriver de ce village à Paris, ce que l'on découvre ultérieurement page 42 du tome 4.

L’action démarre au moment de l’Exode et deux jeunes garçons du village vont prendre sous leur aile protectrice une jeune Belge séparée de ses parents. Elle se dit originaire d’Eupen, à savoir un des villages des anciens Pays-Bas autrichiens ou de l’abbaye de Stavelot qui au Congrès de Vienne ont été attribués à la Prusse, une moitié d’entre eux est revenu à la Belgique. Toutefois les populations majoritairement de dialecte liégeois au début du XIXe siècle étaient devenues majoritairement unilingues en allemand un siècle plus tard. En fait elle finit par révéler aux deux garçons qu’elle est la fille de réfugiés politiques allemands qui étaient installés en Belgique depuis quelques années mais dans cet espace particulier ce qui explique sa non-connaissance du français. Les parents de celle-ci ont été parmi les victimes d’un bombardement d’un convoi de réfugiés. Notre titre joue sur le fait qu'Eupen est entre Spa et Cologne.  

Les trois enfants vont être à la pointe de l’action pour s’opposer à la présence allemande dans leur région. On est certes dans la fiction mais tout ce qu’ils réalisent reste absolument plausible. Le personnage pro-maréchaliste convaincu le plus développé est incarné par l’oncle, un épicier parisien.  

Certaines vignettes des pages 34 et 44 montrent des images des conséquences de la prise du pouvoir par les nazis en Allemagne. Le récit se clôt par la découverte dans le journal de la photographie de la poignée de mains entre Hitler et Pétain, en précisant que cela a eu lieu le 24 octobre 1940.  Huit pages documentaires terminent le récit, elles sont largement illustrées. Si les personnages ont des figures proches de celles que l’on trouve habituellement dans la BD pour enfants par contre les décors sont très travaillés comme on l’aurait fait dans un album de bande dessinée historique pour adultes. Couleur directe et palette d’aquarelles sont les autres caractéristiques de l'illustration.

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Xirong

Note globale :

Par - 390 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :