Ecrire un avis

L’Ambulance 13, 8 D‘un enfer, l’autre

L’Ambulance 13, 8 D‘un enfer, l’autre
Grand angle2017 pages
1 critique de lecteur

Avis de Alexandre : "Oeil de lynx dans les Balkans et force du sanglier dans les Ardennes pour nos poilus"

En fait il s’agit en fait de parcourir dans cet album cinq univers. Le premier, annoncé dans le tome précédent, est celui de la dernière charge de cavalerie de l’armée française, celle d’Uskub. Cette ville se nomme aujourd’hui Skopje et est la capitale de la Macédoine. Ceci se déroule fin septembre 1918 et permet de couper ainsi l'armée bulgare en deux et la Bulgarie signe un armistice lorsqu’elle a subi cette défaite.

La seconde dimension est celle de la Méditerranée où le navire-hôpital français rencontre un sous-marin allemand. Le troisième espace est Paris et un aérodrome proche de la capitale, ce qui permet de revoir (pour une fois de plus dans cette série) Clemenceau. Le quatrième endroit est le port de Marseille.

Enfin le dernier univers est, développé en douze pages pleines, celui du département des Ardennes et nous sommes transposés les 9 et 10 novembre à Dom-le-Mesnil au bord de la Meuse. De l’autre côté du fleuve se trouve Vrigne-Meuse où est tombée la dernière victime officielle du conflit le lozérien Augustin Trébuchon. Il reçoit une balle dans la tête alors qu'il porte un message à son capitaine un quart d’heure avant l’entrée en vigueur de l’Armistice. Ceci fera l’objet d’un développement du dernier tome prévu pour dans peu de mois. « … L’ordre était de passer la Meuse, coûte que coûte : le régiment a passé…. » déclarera  dix ans plus tard le commandant de l’époque Charles Marc de Berterèche de Menditte. Ce dernier apparaît dans ce septième tome ainsi qu’Augustin Trébuchon mais aussi le maire et la maîtresse d’école de Dom-le-Mesnil.  

Le style graphique est très réaliste et les décors toujours aussi fouillés. On est là face à peut-être la meilleure série de fiction pour adultes sur la Première Guerre mondiale. Dans ce huitième tome, comme dans certains de la série, on a huit pages documentaires sur un aspect médical du conflit ; ici on traite de l’ensemble des personnels. Ces dernières pages sont réalisées avec les conseils de l’Association des amis du musée du Service de santé des armées situé au Val-de-Grâce 1, place Alphonse Laveran à Paris Ve. Décédèrent là nombre de poilus et en particulier des officiers.   

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Alexandre

Note globale :

Par - 343 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Du même auteur :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :